Nazaj

La Commissaire appelle les autorités russes à revoir la législation et les pratiques relatives à la liberté de réunion et d’expression

Déclaration
Strasbourg 23/06/2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

« L’arrestation de plus de 100 personnes à Moscou et à Saint-Pétersbourg hier illustre une nouvelle fois l’intolérance des autorités russes à l’égard des personnes qui expriment pacifiquement leurs opinions.

J’ai souligné à plusieurs reprises que les restrictions sanitaires instaurées en vue de lutter contre la pandémie de covid-19 ne devraient pas être utilisées pour restreindre indûment les droits et libertés.

J’appelle les autorités russes à revoir la législation et les pratiques relatives à la liberté de réunion et d’expression, y compris dans le contexte de la pandémie, afin de les aligner sur les normes européennes relatives aux droits de l’homme.

Je continuerai à suivre de près le respect de la liberté de réunion et d’expression dans les jours qui viennent et je compte m’entretenir plus amplement avec les autorités russes durant la visite que j’ai l’intention d’effectuer dans ce pays cette année.

Entre-temps, j’ai tenu ce matin une vidéoconférence avec Tatiana Moskalkova, la Commissaire aux droits de l’homme de la Fédération de Russie. Outre la question de la liberté de réunion, j’ai également souligné la nécessité d’assurer aux défenseurs des droits de l’homme des conditions sûres et favorables leur permettant de mener à bien leurs activités et j’ai exprimé mon inquiétude au sujet des procédures pénales en cours à l’encontre de Svetlana Prokopyeva, Abdulmumin Gadzhiyev, Yulia Tsvetkova, Anastasia Shevchenko et Yuri Dmitriev.  Nous avons également discuté des questions touchant aux droits de l’homme liées à la pandémie de covid-19, en particulier de la violence domestique, de la situation des personnes placées en détention et des droits des minorités linguistiques ».