Назад

Les autorités turques doivent faire cesser la stigmatisation des personnes LGBTI

Lettre
Strasbourg 24/06/2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les autorités turques doivent faire cesser la stigmatisation des personnes LGBTI

Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur et au ministre de la Justice de la Turquie, rendue publique aujourd’hui, la Commissaire appelle les autorités à remplir les engagements inscrits dans le Plan d’action national sur les droits de l'homme, à faire cesser la stigmatisation des personnes LGBTI, et à leur permettre d’exercer leurs libertés de réunion, d’association et d’expression.

La Commissaire constate avec préoccupation que les communautés LGBTI sont empêchées d’exercer leur droit à la liberté de réunion pacifique à cause des restrictions considérables auxquelles les autorités de différents niveaux ont soumis, au fil des ans, les événements organisés par ces communautés, y compris les Marches des fiertés. « J’appelle les autorités turques à permettre aux personnes LGBTI d’exercer leur droit à la liberté de réunion pacifique en levant les interdictions qui frappent les événements LGBTI, et en prenant toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des participants durant ces événements, notamment lors des Marches des fiertés », a insisté la Commissaire.

En outre, la Commissaire observe que les nombreuses restrictions concernant les activités des organisations non gouvernementales (ONG) et l’exercice de la liberté d’association imposées par le gouvernement ces dernières années au nom de la lutte contre le terrorisme ont eu des répercussions négatives aussi sur le fonctionnement des organisations LGBTI. Le recours aux procédures judiciaires pour réduire au silence les défenseurs des droits de l'homme, les ONG et les avocats, et pour dissuader la société civile de se mobiliser, est une pratique que la Commissaire a déjà dénoncée à maintes reprises dans le cadre de son travail sur la Turquie ; la Commissaire note que cette pratique reste d’actualité et qu’elle vise de plus en plus les militants qui défendent les droits des personnes LGBTI.

Enfin, la Commissaire se déclare préoccupée face à la nette progression du discours de haine et à la diffusion d’une rhétorique homophobe par certains responsables politiques et leaders d’opinion en Turquie, et face à l’impunité des infractions inspirées par la haine transphobe. « Je demande aux autorités d’inverser ces tendances négatives et de garantir la protection effective des droits humains des personnes LGBTI dans le pays », a déclaré la Commissaire.