Назад

Fédération de Russie : le recours abusif à la législation anti-terroriste restreint la liberté des médias et la liberté d’expression

Lettre
Strasbourg 19/02/2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

La Commissaire aux droits de l’homme a publié ce jour une lettre dans laquelle elle demande à Tatiana Moskalkova, Haut-Commissaire aux droits de l’homme de la Fédération de Russie, d’accorder une attention toute particulière à l’affaire de Svetlana Prokopyeva, une journaliste freelance qui fait l’objet d’une enquête pénale pour « apologie du terrorisme ».

Cette procédure pénale a été engagée à la suite de propos tenus par Mme Prokopyeva le 8 novembre 2018. A cette occasion,elle aurait critiqué les autorités alors qu’elle s’interrogeait sur les raisons qui avaient conduit une adolescente à faire exploser une bombe dans un bâtiment du Service fédéral de sécurité (FSB) à Arkhangelsk en octobre dernier, se tuant et blessant plusieurs officiers du FSB.

Constatant que le recours abusif à la législation contre le terrorisme restreint les activités légitimes de journalisme ou l’expression de critiques envers les autorités et fait obstacle aux droits fondamentaux établis que sont la liberté d’expression et la liberté des médias, la Commissaire souligne que les poursuites pénales engagées à l’encontre de Mme Prokopyeva non seulement bafouent son droit à la liberté d’expression mais ont également « un effet plus général d’intimidation à l’égard de l’ensemble des médias et des journalistes de la Fédération de Russie, en les empêchant de communiquer des informations d’intérêt général et en interférant avec le droit des citoyens de les recevoir ».