Back

La Hongrie doit faire plus pour les droits de l'homme des Roms, des migrants et des personnes handicapées

Commissaire aux droits de l'homme
Strasbourg 04/07/2014
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Nils Muižnieks

Nils Muižnieks

« Les effets, sur les droits de l’homme, des changements apportés récemment au cadre juridique en Hongrie ont suscité de nombreuses critiques de la part de la communauté internationale. Si certaines des questions soulevées dans ce contexte ont été traitées, la situation des groupes vulnérables dans le pays reste très préoccupante », a déclaré aujourd'hui Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, à l’issue d’une mission de quatre jours en Hongrie.

Les Roms continuent de faire l’objet d’une ségrégation dans les domaines du logement et de l’éducation, tandis qu’un climat d’intolérance règne toujours dans le pays. « Le discours de haine et les actes d’intimidation dirigés contre les Roms doivent être condamnés fermement par les autorités et donner lieu à des enquêtes de police effectives. Quiconque incite à commettre des infractions racistes ou motivées par la haine, ou est impliqué dans de tels actes, doit être sanctionné ; les organisations racistes doivent aussi se voir imposer des sanctions adaptées et être interdites si nécessaire. ». A cet égard, le Commissaire a pris note avec satisfaction de la dissolution de la Garde hongroise et des dispositions adoptées par les autorités pour interdire d’autres organisations racistes.(suite...)

Voir aussi:
La Hongrie et le Conseil de l'Europe


Follow us Follow us

       

Facebook Facebook
@coe on Twitter @coe on Twitter