Organisations non gouvernementales

La Conférence des OING du Conseil de l’Europe
CONF/PRES/SPEECH(2009)1

« La société civile organisée reste le dernier rempart de la cohésion sociale … »

La Conférence des Organisations Internationales Non-Gouvernementales (OING) du Conseil de l’Europe élit un nouveau Président, 28 janvier 2009

C’est une succession qui survient à un moment crucial de l’évolution de nos sociétés. La Présidente sortante, Annelise Oeschger, est arrivée au terme de son mandat en ayant propulsé l’un des quatre piliers du Conseil de l’Europe - la Conférence des OING - à un niveau de reconnaissance des réelles compétences et de la capacité dont fait preuve la société civile organisée en intervenant et agissant sur la scène internationale. C’est aussi grâce à la détermination de son Président fondateur, Claude-Laurent Genty, puis de Daniel Zielinski - tous deux Présidents d’Honneur - que la Conférence des OING a pu construire et acquérir sa place au sein du Conseil de l’Europe et ainsi être légitimée par les autorités politiques des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe.

Ce mercredi 28 janvier 2009, au Conseil de l’Europe, la Session plénière de la Conférence des OING dotées du statut participatif a élu pour trois années son nouveau Président : Jean-Marie HEYDT.

Lors de son discours introductif, il a déclaré que « … face à une situation mondiale où l’inquiétude économique est grandissante, où la confiance envers les institutions politiques se délite, où la pauvreté et l’exclusion existent dans toutes les familles, où les injustices, les actes de racisme, d’antisémitisme, d’islamophobie, de xénophobie deviennent quotidiens, où le rejet des minorités de toutes sortes se développe concomitamment à un ethnocentrisme accentué, où l’intolérance est malheureusement devenue trop facilement une forme de « normalité », où le désespoir et le découragement ambiant occupent les esprits et les échanges entre les citoyens européens, … la société civile organisée reste le dernier rempart de la cohésion sociale …. ».

« … Notre rôle constructif dans l'évolution démocratique nous autorise à agir auprès des décideurs, non en concurrence, mais en totale complémentarité, en leur apportant nos conseils et notre connaissance du terrain étayés par notre possibilité d'écoute des citoyens européens, notre capacité d’agir concrètement et directement au travers de nos réseaux (420 OING en Europe, sans but lucratif, bénéficient actuellement du statut participatif au Conseil de l’Europe) et des nombreux experts que nous pouvons mobiliser dans les domaines les plus variés … ».

« … Alors, qui mieux que le monde associatif, que la Conférence des OING, peut-il exprimer les préoccupations des simples citoyens de l'Europe? …. Nous avons une responsabilité majeure et nous devons l’assumer … ».

Face aux différentes atteintes aux droits de l’Homme, clef de voûte de notre démarche conceptuelle en Europe, « … La Conférence devra être présente partout et à chaque fois que les droits humains seront bafoués, omis dans les législations et actes officiels des Etats, et que le soutien de la société civile sera requis … » a également déclaré Jean-Marie Heydt.

Jean-Marie Heydt, représentant de l’Association européenne des Centres de Formation au Travail socio-éducatif (FESET), a été élu Président de la Conférence des OING pour un mandat de trois ans.

M. Heydt, qui était auparavant 1er Vice-président de la Conférence, a une longue expérience du Conseil de l’Europe, notamment en tant qu’expert sur les questions telles que « le rôle des villes d’Europe dans la lutte face à la grande pauvreté », « la dignité humaine et l’exclusion sociale » et « l’éducation à la citoyenneté démocratique ». Il succède à Annelise Oeschger qui a présidé la Conférence des OING de 2003 à 2008 et a été élue Présidente d’honneur.