Enseignement de l'histoire

L'histoire au Conseil de l'Europe

La coopération avec l'Europe centrale et orientale: la “Nouvelle Initiative du Secrétaire Général” (1996-98)

En 1996, le Secrétaire Général engageait un programme de coopération avec les états nouvellement indépendants (de l'ex-Union Soviétique) dans le but de leur faire bénéficier des programmes de coopération sans avoir à réduire les efforts que l'Organisation déployait pour aider les autres pays d'Europe centrale et orientale dans leur transition vers la démocratie. Dans le cadre de ce programme, des activités visant à réformer l'enseignement de l'histoire et à préparer de nouveaux manuels d'histoire ont été entreprises en faveur des pays ayant récemment accédé ou souhaitant devenir membres du Conseil de l'Europe (l’Albanie, l’Arménie, l'Azerbaïdjan, la Bélarus, la Géorgie, Moldova, la Fédération de Russie et l’Ukraine).

Ces activités ont été mises en œuvre en coopération avec d'autres institutions européennes et non gouvernementales, et une première série séminaires a eu lieu:

  • pour analyser les contextes spécifiques et les développements depuis 1991 et leur incidence sur l'enseignement et l'apprentissage de l'histoire;
  • pour discuter de quelle manière l'expertise acquise dans ce domaine au sein du Conseil de l'Europe pouvait être utilisée.

L'accent a d'abord été mis sur les contenus et supports d'enseignement ainsi que sur la formation des enseignants.

Le processus élargi de Graz et le Pacte de Stabilité (à partir de 1998)

Le Processus de Graz engagé sous la présidence autrichienne de l'UE en 1998 visait à promouvoir le développement démocratique et pacifique de l'Europe du Sud-Est en soutenant et coordonnant des projets de coopération dans le domaine de l'éducation.

En juin 1999, à l'initiative de l'UE, le Pacte de stabilité pour l'Europe du Sud-Est était adopté. Son but était de soutenir les pays d'Europe du Sud-Est dans leurs "efforts pour assurer la paix, la démocratie, le respect des droits de l'homme et la prospérité économique pour établir la stabilité dans l'ensemble de la région".

Le Processus de Graz avait pour responsabilité la coordination de la "Task Force Education and Youth" du Pacte de Stabilité, l'éducation et la jeunesse faisant partie des domaines prioritaires. Le nombre de pays et d'organisations s'étant accru, on parle désormais de Processus élargi de Graz (PEG).

En novembre 1999, à Sofia, une conférence de spécialistes du PEG définissait les objectifs, principes et plans d'action pour six groupes de travail, chaque groupe sous la houlette d'une institution internationale et comprenant pour moitié des membres d'Europe du Sud-Est. Le Conseil de l'Europe était placé en charge du groupe Histoire et Enseignement de l'histoire, et de nombreux programmes de coopération ont été réalisés depuis.

[Suite]