Retour

Interview avec Marko Boko, Membre du bureau du Conseil Consultatif pour la Jeunesse

Strasbourg 10 novembre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Interview avec Marko Boko, Membre du bureau du Conseil Consultatif pour la Jeunesse

Pouvez-nous expliquer ce qu’est le Forum mondial de la démocratie ?

C'est un espace étonnant qui réunit des experts, des intervenants de haut niveau, des personnes qui créent des choses sur le terrain, qui proposent de nouvelles idées et qui rassemblent des jeunes qui essaient également d'être actifs dans leurs sociétés. C’est un endroit où les personnes se retrouvent dans une même salle pour discuter de toutes ces idées, les fusionner avec d'autres idées et créer quelque chose de vraiment concret.

Ce dont j'ai déjà été témoin, ce sont les nouvelles idées qui sont nées ici au sein des partenariats et des nouvelles amitiés. A chaque Forum mondial de la démocratie, on fit par tisser des liens et se faire un réseau de jeunes qui sont actuellement des leaders. Les gens parlent de sujets très importants comme la façon de développer de nouveaux contenus concernant la participation dans les processus politiques. C'est un endroit où vous pouvez échanger ces idées et les expérimenter sur place. Je suis heureux que le Conseil de l'Europe soit le facilitateur de cette magie qui s’opère.

Ces idées peuvent se transformer en quelque chose de concret. Si ce n'est pas le cas, ce n'est pas non plus mauvais, car cela aide les générations plus âgées et les plus jeunes à façonner leurs idées, à les clarifier, à acquérir de nouvelles connaissances, à voir d'autres pratiques. Il suffit de mettre les bonnes personnes au bon endroit pour qu'elles puissent retourner dans leurs communautés avec quelque chose de nouveau et qu'elles puissent les mettre en œuvre dans leurs sociétés.

Pourquoi êtes-vous ici aujourd’hui ?

Aujourd’hui, j’ai eu l’opportunité d’être le modérateur d’un laboratoire intitulé « La démocratie hybride
est-elle plus inclusive ? » Nous avons eu des présentations enrichissantes concernant des exemples de nouvelles plateformes et d’outils de démocratie électronique.

Pouvez-vous donner des exemples ?

Un projet s'appelle « une ville sondée ». Il s'agit d’élaborer des sondages sur chaque sujet important pour les communautés locales. Lorsque les médias locaux font des reportages sur certaines questions, il y a toujours un sondage où les gens peuvent voter et exprimer leur opinion. Après traitement, tous ces avis et résultats sont remis aux gouvernements locaux ou au maire qui sont sur le point d'adopter des décisions spécifiques sur un projet précis.

En tant que représentant des jeunes, ce qui était très intéressant, c'était le fossé entre les participants plus âgés et les plus jeunes. Les participants plus âgés considèrent les outils de démocratie électronique comme quelque chose de trop nouveau qui pourrait être faire l'objet de manipulation ou de fraude . Alors que les jeunes pensent que c'est un excellent outil de participation. Vous n'avez donc pas besoin d'aller au bureau de vote et vous pouvez le faire depuis votre domicile.

La génération plus âgée a dit qu’elle préférerait savoir qui se trouvent derrière certaines déclarations ou vote dans le système en ligne. D'un autre côté, nous avons une grande part de méfiance des jeunes vis à vis du système traditionnel des partis politiques. Ils ne veulent pas passer leur week-end à aller voter. Ils préféreraient plutôt montrer leur intérêt ou leur position via le système en ligne.

No one actually mentioned that, but in order to be active in some societies, in order to know your rights or duties towards your community, you should get some knowledge which I believe can be delivered through education for democratic citizenship. This is important especially in order to think about what kind of participation we need, what decisions we want to participate in or what, we as citizens, can put into some processes where we are allowed to participate. That part of the discussion was missing.

Personne ne l'a mentionné, mais je crois que pour être actif dans certaines sociétés, afin de connaître vos droits ou devoirs envers votre communauté, vous devriez acquérir des connaissances qui je crois peuvent être transmises grâce à l'éducation à la citoyenneté démocratique. Ceci est particulièrement important afin de savoir quel type de participation dont nous avons besoin, quelles sont les décisions auxquelles nous voulons participer. Nous, en tant que citoyens, nous pouvons mettre en place des processus auxquels nous sommes autorisés à participer. Cette partie de la discussion manquait.

L’E-participation (la participation électronique) signifie que nous devrions tous avoir accès à des ordinateurs et à Internet, et avoir des connaissances de base sur la façon de les utiliser. Je ne suis pas d'accord pour dire que nos sociétés - du moins au niveau du Conseil de l'Europe - sont tout à fait prêtes pour cela.
Dans certaines régions, vous n'avez pas les mêmes opportunités et ces conditions préalables n'existent pas. Je dirais que l'éducation à la citoyenneté démocratique devrait être reconnue et introduite dans les systèmes d'éducation formelle et non formelle, les institutions, etc. Et puis nous pouvons discuter de ces modes innovants de participation.

Pouvez-vous en dire plus sur le désengagement politique des jeunes ?

Il y a en fait un taux croissant de désengagement politique des jeunes, mais dans le sens classique du terme : être membre d'un parti politique ou aller voter aux élections ou aux référendums, etc. Par conséquent, je pense que cette participation innovante et la participation des jeunes devraient être soutenues par la société civile, à travers des organes consultatifs, à travers la démocratie électronique. Ils ouvrent des espaces qui peuvent ne pas être parfaits mais qui représentent un pas en avant. Je sais que les votes en ligne peuvent être manipulateurs, les médias sociaux sont parfois pleins d'illusions, mais ce genre d'outil peut être très utile dans les années à venir et pour les générations à venir.

Quel thème abordé lors de ce forum était le plus intéressant pour les jeunes ?

Je ne voudrais pas m'en tenir à un thème spécifique. Le thème principal de ce forum est le populisme qui a été discuté sous différents points de vue. C'est en réalité au cœur de la discussion dans chaque laboratoire et j'attends avec impatience les conclusions du laboratoire pour connaître quelle était l'opinion générale sur la question du populisme croissant en Europe et dans le monde. La politique classique est en train d'être modifiée et façonnée d'autres façons et nous devrions également repenser à la façon dont nous participons à cette politique. On voit que le populisme et la rhétorique nationaliste gagnent du terrain. Nous devrions repenser à la façon dont nous devrions aborder ces tendances négatives et voir comment nous pouvons contribuer à la société.

Que peut faire le FEJ pour aider à faire face à ce phénomène ?

Au niveau européen, nous pouvons constater un espace de plus en plus restreint pour la société et les libertés civiles, en particulier dans la partie orientale ou sud-est du continent. En ce moment, nous ne développons pas d'outils innovants. Les gens défendent actuellement les bases des droits de l'homme à cause de cette montée du populisme et du nationalisme. Le Fonds européen pour la jeunesse réalise un travail remarquable à cet égard, car il est toujours axé sur les jeunes et soutient les jeunes et les organisations de jeunesse, indépendamment du sentiment général et des situations. Il évalue ce qui se passe dans des domaines spécifiques et si les jeunes ont vraiment besoin de travailler sur quelque chose de réel à ce moment-là, et il les soutient. Parfois, il peut y avoir des problèmes politiques, mais le Fonds européen pour la jeunesse n'abandonne pas son soutien aux organisations de jeunesse et à la société civile sur le terrain.


Qui sommes-nous

Créé en 1972, le Fonds Européen pour la Jeunesse (FEJ) est un établissement du Conseil de l'Europe qui apporte un soutien financier et éducatif aux activités européennes de jeunesse. Seules les ONG de jeunesse des Etats membres du Conseil de l’Europe, ainsi que les pays signataires de la Convention culturelle européenne (47 Etats membres +  le Bélarus, le Kazakhstan et le Saint-Siège) peuvent déposer une demande.

Le FEJ est une division du Service Jeunesse de la Direction de la Citoyenneté Démocratique et de la Participation, qui relève de la Direction Générale de la Démocratie du Conseil de l’Europe.

Plus d'informations

            
Evénements FEJ
            
Projets en cours
soutenus par le FEJ
Nous suivre Nous suivre