Назад

Les autorités serbes doivent retirer l'interdiction de la marche Europride et protéger les participants

Déclaration
Strasbourg 13/09/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les autorités serbes doivent retirer l'interdiction de la marche Europride et protéger les participants

« Il est très regrettable que les autorités serbes aient décidé d'interdire la marche Europride prévue le 17 septembre. Des semaines d'incertitude concernant la tenue de cette marche ont envoyé un mauvais message au public et fait place à une rhétorique haineuse et à davantage de menaces à l'encontre des personnes LGBTI, y compris de la part de chefs religieux », a déclaré aujourd'hui la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović.

« Je salue la récente déclaration du Président Vucic sur l'importance de reconnaître et de respecter les droits humains des personnes LGBTI et j'exhorte les autorités serbes à faire en sorte que ceux qui marcheront pour l'égalité des droits humains et la dignité puissent le faire en toute sécurité. La Serbie doit respecter ses obligations en matière de droits humains et défendre la liberté de réunion pacifique et la liberté d'expression pour tous, sans discrimination. »

La liberté de réunion pacifique et d'expression sont au cœur d'une démocratie libre, inclusive et pluraliste, où chacun peut jouir de ses droits humains de manière égale et en toute sécurité, et où les questions de société sont débattues dans le cadre d'un dialogue pacifique. Comme le répète constamment la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, les États ont l'obligation, dans toute la mesure du possible, de faciliter la tenue de rassemblements pacifiques. « Je trouve très préoccupant que la marche de l'Europride soit confrontée à un tel niveau d'obstruction de la part des autorités, alors que d'autres événements et rassemblements massifs se déroulent constamment de manière libre et sûre dans les rues de Belgrade. »

Dans des affaires soulevant des questions similaires, la Cour européenne des droits de l'homme a statué que les États ont l'obligation de prendre des mesures préventives pour neutraliser les risques de violence contre un rassemblement et doivent assurer la sécurité des participants. Ils doivent également veiller à ce que le moment, le lieu et les modalités de déroulement d'un rassemblement soient tels qu'ils permettent aux participants de transmettre leur message à portée de vue et d'ouïe de leur public cible. « Au lieu de céder aux menaces et à la haine en interdisant la marche de l'Europride, les autorités serbes ont la responsabilité de veiller à ce que chaque membre de la société puisse exercer son droit à jouir des mêmes libertés et soit égal en dignité. »

« Comme je l'ai souligné dans mes conversations avec les autorités serbes au plus haut niveau au cours des deux dernières semaines, le fait que l'Europride ait lieu en Serbie cette semaine revêt également une grande importance pour la région de l'Europe du Sud-Est, où il reste encore beaucoup à faire pour combattre la discrimination et la haine à l'égard des personnes LGBTI. L'accueil de l'Europride envoie le signal que la marche vers l'égalité est en cours. Il est positif que les marches des fiertés se soient déroulées pacifiquement ces dernières années à Belgrade, Sarajevo, Tirana, Podgorica et Skopje et j'appelle les autorités serbes à être du bon côté de l'histoire en permettant une marche de l'Europride pacifique et sûre ce samedi. »