Назад

Une nouvelle législation pérennise les restrictions et les obstacles à la protection des droits de l'homme à la frontière orientale de la Pologne

Déclaration
Strasbourg 01/12/2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Une nouvelle législation pérennise les restrictions et les obstacles à la protection des droits de l'homme à la frontière orientale de la Pologne

Les amendements à la loi polonaise sur la protection des frontières, adoptés hier, pérennisent la plupart des mesures restrictives mises en place par l'état d'urgence en vigueur dans le pays, avec des effets négatifs sur la liberté de circulation, de réunion et d'expression à la frontière orientale de la Pologne.

Lors de ma récente mission en Pologne, j'ai pu constater l'impact néfaste de ces mesures sur la distribution d’aide humanitaire, l'accès des journalistes et la transparence, ainsi que sur la situation des défenseurs des droits de l'homme et le bien-être de la population locale. Il est profondément inquiétant de constater qu'en vertu de la nouvelle législation, l'accès des journalistes à la frontière sera soumis à des autorisations spéciales et que l'accès des acteurs humanitaires, des fournisseurs d'aide judiciaire et des observateurs des droits de l'homme n'est pas explicitement garanti.

L'adoption de la nouvelle loi signifie que l’important travail de protection des droits de l'homme des migrants et des réfugiés, de prévention de la pratique illégale des refoulements et de facilitation du contrôle par l'opinion publique de la situation des droits de l'homme dans les zones frontalières, sera encore plus difficile et comportera des risques personnels.