Pandemlic and Human Rights Pandemlic and Human Rights
Назад

Face à la pandémie de coronavirus, nous devons respecter les droits de l’homme et rester unis

Déclaration
Strasbourg 16/03/2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Face à la pandémie de coronavirus, nous devons respecter les droits de l’homme et rester unis

« Des millions de personnes dans le monde traversent des moments extrêmement difficiles en raison de la propagation rapide du coronavirus COVID-19. Toutes mes pensées vont aux personnes infectées, à leurs familles et à leurs proches, ainsi qu’à ceux qui ont perdu des êtres chers » a déclaré aujourd’hui Dunja Mijatović, Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l'Europe.

« La situation en Europe évolue rapidement et les gouvernements prennent toute une série de mesures pour protéger la population. J’appelle chacun – autorités et citoyens – à faire sa part et à défendre la solidarité et l’unité tout en répondant aux défis et aux problèmes pressants auxquels nous sommes tous confrontés.

Les gouvernements européens prennent des mesures fortes pour lutter contre la propagation de la pandémie ; c’est une nécessité pour relever ce défi sans précédent. Dans le même temps, il est clair que cette pandémie et les mesures prises pour la contrer ont des conséquences sur l’exercice des droits de l’homme. Dans ces circonstances, le droit à la santé, les divers droits économiques et sociaux ainsi que les libertés politiques et civiles ont toute leur importance.

Il est donc capital que les mesures prises par les autorités n’entraînent pas de discriminations et qu’elles soient proportionnées aux buts poursuivis. La priorité est clairement l’accès aux soins pour tous les groupes de population sur la base de données médicales avérées. Des mesures positives s’imposent pour répondre aux besoins spécifiques des groupes pour lesquels les risques sont particulièrement élevés, comme les personnes âgées et ceux qui pourraient ne pas avoir de couverture médicale. J’exhorte aussi les États membres à faire davantage afin de soulager la pression énorme à laquelle sont soumis les professionnels de santé pour faire ce que l’on attend d’eux.

Il est essentiel que les gouvernements restent vigilants à l’égard de tout acte raciste, xénophobe ou stigmatisant et qu’ils fournissent un large accès à des informations objectives sur la situation sanitaire, la disponibilité des services et les mesures prises.

Enfin, j’appelle instamment les États membres à s’assurer que les modes de communication choisis permettent à tous d’accéder à l’information. Certains gouvernements ont établi des canaux de communication sur les médias sociaux, ce qui est un pas positif dans cette direction. La transparence et l’accessibilité sont essentielles pour gagner la confiance du public et sa participation à la gouvernance dans les circonstances actuelles.

Le COVID-19 constitue un grave danger. Mais par l’unité, la détermination à protéger les droits de l’homme et la solidarité, nous le vaincrons. »