Parrainé par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE)

20 Novembre 2018 - 9.30-11.30 - salle 8 - Interprétation: FR/EN

Les institutions politiques ont été conçues et ont évolué à une époque où les exigences en matière d'égalité entre les genres étaient peu comprises. Les délégués dans les parlements du monde entier témoignent de comportements sexistes dans les institutions politiques. Quelles en sont les causes profondes ? Comment y mettre un terme et comment concevoir les institutions de manière à garantir la parité dans la prise de décision et à mettre fin à la discrimination à l'égard des femmes ?

initiative 1 initiative 1

S'attaquer au sexisme, au harcèlement et à la violence à l'égard des femmes dans les parlements en Europe, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe / Union interparlementaire

L'UIP et l'APCE mènent une enquête conjointe sur le sexisme, le harcèlement et la violence à l'égard des femmes dans les parlements européens. Cette étude vise à identifier, documenter et définir le problème tel qu'il est vécu par les femmes parlementaires et le personnel parlementaire féminin. Elle contribuera à sensibiliser l'opinion publique à la nécessité de traiter cette question et à présenter les mesures concrètes prises par les parlements pour s'assurer qu'ils sont respectueux, sûrs et exempts de violence sexiste. Le laboratoire servira de forum de discussion sur la nécessité de prévenir la violence à l'égard des femmes dans les parlements et sur les mesures qui peuvent être prises à cette fin. Le laboratoire représente une occasion de présenter les résultats de l'étude APCE-UIP et de discuter des mesures à prendre pour protéger davantage de femmes contre la violence sexiste.

Présentateur(s)/trice(s)

KIHIKA Susan

Susan KIHIKA

Présidente du Bureau des femmes parlementaires de l'UIP

Kenya

Initiative 2 Initiative 2

Il est temps de s'attaquer à la violence sexuelle dans les institutions politiques, Young Women's Leadership Network, Canada

Le Young Women's Leadership Network est un organisme à but non lucratif voué à favoriser le leadership civique et politique des jeunes femmes au sein des institutions démocratiques du Canada par le biais d'une approche féministe non partisane, anti-oppressive et inclusive. Sa directrice exécutive, Arezoo Najibzadeh, a été la porte-parole des débats sur la violence sexuelle dans les institutions démocratiques du Canada durant les trois dernières années. Trois mois de recherche et de collaboration avec des rescapées de violence sexuelle et des experts du secteur de la violence sexiste ont révélé que 80 % des femmes victimes de violence sexuelle quittent les institutions démocratiques/politiques ou diminuent leur participation. En conséquence, un large éventail de ressources et de possibilités d'éducation pour les institutions démocratiques à l'intention des politiciens, des candidats, des bénévoles et du personnel politique a été mis en place.

Présentateur(s)/trice(s)

NAJIBZADEH Arezoo

Arezoo NAJIBZADEH

Cofondatrice, Young Women's Leadership Network

Canada

Arezoo Najibzadeh est une figure de proue de la participation civique et politique des femmes au Canada. En tant que cofondatrice du Young Women's Leadership Network, elle oeuvre avec les jeunes femmes leaders et les institutions civiques pour identifier et éliminer les obstacles à l'engagement et à la réussite des jeunes femmes au sein de la politique de base et institutionnelle, à savoir la violence basée sur le genre. En tant que défenseur de la réforme démocratique et de la participation active des citoyens à la prise de décision, Arezoo a travaillé sur des sujets tels que la réforme électorale, l'équité et l'inclusion, et l'autonomisation des jeunes. Elle est régulièrement consultée par les institutions politiques et civiques sur les questions touchant les jeunes femmes et les filles au Canada et dans le monde.

initiative 3 initiative 3

Justice pour tous, Ligue des femmes syriennes, Syrie

La Ligue des femmes syriennes (SWL) est une organisation démocratique, féministe et non gouvernementale, créée en 1948, qui s'efforce d'atteindre sa vision et ses objectifs dans un État syrien démocratique laïque, fondée sur l'égalité entre les citoyens, les femmes et les hommes ; la paix sociale ; la pleine égalité entre les femmes et les hommes dans leurs droits; l'abolition de toutes les formes de discrimination et de violence fondées sur le sexe ; et le respect des principes des droits de l'homme, de la primauté du droit et d'une paix durable. L'initiative "Justice pour tous" vise à garantir le droit des femmes syriennes à participer aux débats et à l'adoption de programmes de justice transitionnelle en Syrie tout en intégrant la dimension de genre dans les mécanismes qui seront sélectionnés à l’issue des consultations nationales. L'objectif principal de cette initiative est de permettre à un groupe de militants syriens de reconnaître le fait de concevoir des mécanismes de justice transitionnelle dans le contexte de la transition démocratique en Syrie.

Présentateur(s)/trice(s)

ZAKZAK Sawsan

Sawsan ZAKZAK

Membre du Comité de coordination, Ligue des femmes syriennes

Syrie

Sawsan Zakzak, 57 ans, licenciée en littérature arabe, a rejoint la Ligue des femmes syriennes (SWL) en 1990. Elle a travaillé au sein de l'équipe de recherche de SWL qui fait des études sur plusieurs sujets liés à la Syrie (emploi non rémunéré des femmes, VBG dans les conflits armés). Sawsan a été coordinatrice du secteur de l'égalité des genres dans l'Agenda national pour l'avenir de la Syrie. En 2017, elle a été élue Secrétaire générale de l'Initiative des femmes syriennes pour la paix et la démocratie. Plus tard, elle a été élue Coordinatrice générale du Rassemblement des femmes syriennes pour la démocratie. Depuis 2016, elle est membre du Conseil consultatif des femmes.

Intervenants Intervenants

Durant le laboratoire, les intervenants sont invités à faire des commentaires critiques sur l'impact, la transférabilité, la durabilité et le risque de l'initiative.

BARBIERI Alice

Alice BARBIERI

Rapporteuse sur l'égalité des sexes pour le secteur de la jeunesse et membre du Conseil consultatif de la jeunesse

Alice, qui représente l'AMGE au sein du Conseil consultatif sur la jeunesse, s'efforce d'assurer l'intégration de la dimension de genre dans toutes les activités du SERVICE de la jeunesse du Conseil de l'Europe et d'assurer une perspective de genre dans l'élaboration des nouvelles politiques. Elle a travaillé comme gestionnaire de programme et formatrice indépendante spécialisée dans le plaidoyer, l'intégration de la diversité, l'égalité des sexes et les politiques de la jeunesse. Elle a travaillé comme consultante dans un certain nombre d'organismes institutionnels et non gouvernementaux, d'entreprises du secteur privé et d'organisations de jeunesse. Elle est titulaire d'une maîtrise en droit avec une thèse sur "L'éventuelle adhésion de l'UE à la Convention d'Istanbul".

modératrice modératrice
GURMAI Zita

Zita GURMAI

Membre de la Commission de l'égalité et de la non-discrimination de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

Hongrie

rapporteur rapporteur
KISYOVA Maria-Elena

Maria-Elena KISYOVA

Secrétariat du mécanisme de suivi de la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe 

Afficheur de contenus web Afficheur de contenus web
LAB 4 - Éradiquer le sexisme et la violence dans les institutions politiques : une question de temps ou de conception ?
Palais de l'Europe - salle 8 20 novembre 2018 - 9.30-11.30
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF