Pour le Conseil de l’Europe, le sport est un vecteur puissant d’intégration sociale, de tolérance et de compréhension mutuelle.Seule activité véritablement populaire dans la société moderne, le sport joue un rôle tout à fait particulier.

 

Il est ouvert à tous, sans considération d’âge, de langue, de religion, de culture ou d’aptitudes. Le sport est l’occasion d’apprendre à jouer selon des règles communément acceptées, de faire la preuve d’un esprit sportif dans la victoire comme dans la défaite et de développer non seulement sa condition physique, mais aussi des compétences sociales et des valeurs éthiques. Son rôle positif dans l’éducation est de plus en plus reconnu. Le sport contribue de façon déterminante à la promotion des valeurs clés du Conseil de l’Europe: la démocratie, les droits de l’homme et la prééminence du droit.

Pour sa part, le Conseil de l’Europe mène un combat acharné contre les aspects négatifs du sport, en particulier la violence et le dopage, au moyen de deux Conventions: la Convention européenne sur la violence et les débordements de spectateurs lors de manifestations sportives et notamment de matches de football (STE n°120) et la Convention contre le dopage (STE n°135).

La violence est la violation des droits de l’homme la plus répandue ; elle touche tous les êtres humains. La lutte contre la violence sous toutes ses formes et sa prévention sont des priorités maîtresses du Conseil de l’Europe, et donc de ses activités. Le Conseil de l’Europe a, dès 1983, exprimé sa détermination à lutter contre la violence dans le sport par une première recommandation de son Assemblée parlementaire relative aux moyens culturels et éducatifs pour réduire la violence.

Afin de répondre à cette préoccupation de l’Assemblée, le Comité des Ministres a préconisé en 1984 une série de mesures sur la réduction de la violence des spectateurs lors de manifestations sportives, et notamment de matches de football

La catastrophe du Heysel, en mai 1985, a conféré une urgence extrême à ces travaux. Beaucoup d’Européens se sont sentis concernés par la violence et ses répercussions. C’est dans ce contexte dramatique que la «Convention européenne sur la violence et les débordements de spectateurs lors de manifestations sportives et notamment de matches de football » a été ouverte à la signature le 19 août 1985 et est entrée en vigueur très rapidement le 1er novembre 1985.

Plus de trois décennies après le lancement de la Convention, les progrès sont notables. Les législations nationales et les réglementations en matière de sécurité sont de plus en plus conformes aux recommandations énoncées par la Convention européenne sur la violence et les débordements de spectateurs lors de manifestations sportives, et les supporters sont mieux gérés. Cela réduit considérablement le risque que ne se reproduisent de telles catastrophes.

Le Comité permanent, en charge de la mise en œuvre de la Convention, a évolué d’un approche axée sur la sûreté, à une approche plus basée sur la sécurité et plus tard sur les services, ce qui lui a permis tout naturellement de rédiger la nouvelle convention sur une approche intégrée de la sécurité, de la sûreté et des services lors des matches de football et autres manifestations sportives.
 

En savoir plus sur la Convention européenne sur la violence et les débordements de spectateurs lors de manifestations sportives et notamment de matches de football (STE n°120)