Retour

Rencontre du Secrétaire Général Thorbjørn Jagland avec le Président de la République française Emmanuel Macron

Secrétaire Général Paris 31 août 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Thorbjørn Jagland et Emmanuel Macron / Photo AFP

Thorbjørn Jagland et Emmanuel Macron / Photo AFP

Le Secrétaire Général Thorbjørn Jagland et le Président Emmanuel Macron se sont rencontrés aujourd’hui au Palais de l’Élysée pour discuter des développements actuels en Europe et des dossiers d’intérêt commun.

Le Président et le Secrétaire Général ont souligné l’excellente coopération entre la France, pays hôte de l’organisation, et le Conseil de l’Europe, y compris la Cour européenne des droits de l’homme, installés à Strasbourg.

La menace terroriste reste élevée et la coopération internationale doit être renforcée pour combattre ce fléau. De plus, le terrorisme ne peut être combattu efficacement que sur la base des droits de l’homme, de la démocratie et de l’État de droit, ce qui inclut les instruments juridiques du Conseil de l’Europe tels que sa Convention pour la prévention du terrorisme.

Le Secrétaire Général a pris acte de l’intention déclarée du Président de faire en sorte que la nouvelle législation antiterroriste de la France soit adoptée et appliquée dans le respect de la Convention européenne des droits de l’homme et de la jurisprudence de la Cour de Strasbourg. Il se félicite en particulier de la décision du Président de mettre fin à l’état d’urgence.

La coopération entre la Turquie et ses partenaires européens relève de l’intérêt mutuel. La Turquie, qui est membre du Conseil de l’Europe depuis 1949, est et doit rester dans la famille européenne. Le Conseil de l’Europe suit de près la situation en Turquie depuis le coup d’État avorté de 2016. Il faut maintenir un dialogue constructif entre le Conseil de l’Europe et la Turquie, en particulier au sujet des droits des nombreuses personnes touchées par les décrets d’urgence.

Les relations actuelles avec la Russie doivent se fonder sur les prémisses que la Fédération de Russie est et devrait rester un membre à part entière du Conseil de l’Europe, avec tous les droits et toutes les obligations qui y sont associés. Le droit de recours individuel devant la Cour européenne des droits de l’homme est aussi important pour les citoyens russes que pour ceux de tous les autres États membres du Conseil de l’Europe. 

Le Secrétaire Général Jagland et le Président Macron sont convenus de poursuivre leurs discussions sur ces sujets et d’autres et de se revoir à l’occasion de la visite du président au Conseil de l’Europe et à la Cour européenne des droits de l’homme, à l’automne .