Retour

Le Portugal prend la présidence du Groupe Pompidou pour quatre ans

Le nouveau programme met l’accent sur la menace croissante de l’addiction à internet
Groupe Pompidou Stavanger (Norvège) 28 novembre 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Photo credit: Studio Hjelm / Le ministre norvégien de la Santé, Bent Høie, et la secrétaire d'Etat portugaise à la Santé, Raquel Duarte

Photo credit: Studio Hjelm / Le ministre norvégien de la Santé, Bent Høie, et la secrétaire d'Etat portugaise à la Santé, Raquel Duarte

Lors de la conférence ministérielle de l’instance du Conseil de l’Europe chargée des politiques en matière de drogues (le Groupe Pompidou), le Portugal a remplacé la Norvège à la présidence, la Pologne accédant à la vice-présidence. 

La conférence, qui a lieu tous les quatre ans pour redéfinir la direction stratégique du Groupe Pompidou dans le cadre d’un nouveau programme de travail sur quatre ans, a accueilli 130 participants, dont des ministres, des hauts fonctionnaires gouvernementaux et des dirigeants d’organisations internationales, qui ont réexaminé le mandat du Groupe Pompidou et fait le bilan de ses réalisations passées.

Dans son allocution d’ouverture, la Secrétaire Générale adjointe du Conseil de l’Europe, Gabriella Battaini-Dragoni, a salué l’action de la présidence norvégienne, qui a fait passer les droits de l’homme d’un « aspect essentiel de nos efforts pour lutter contre l’abus de drogues » à un « élément central ». Elle a remercié la nouvelle présidence portugaise de non seulement partager plus largement nos idées et notre approche, mais aussi d’adapter nos actions à la nature changeante du défi que représentent les drogues dans notre monde en évolution rapide.

Le nouveau programme de travail (2019-2022), sous la présidence du Portugal met l'accent sur l’addiction à internet, qui est de plus en plus reconnue par la communauté médicale comme une pathologie. Le « trouble de dépendance à internet » (TDI) détruit des vies en causant des complications neurologiques, des troubles psychologiques et des problèmes sociaux, selon les recherches menées par la U.S. National Library of Medicine et des instituts nationaux de santé. Les enquêtes menées aux États-Unis et en Europe ont révélé des taux de prévalence alarmants situés entre 1,5 et 8,2 %. Le programme du Groupe Pompidou contient des plans pour travailler avec Google et d’autres entités privées afin d’examiner comment les algorithmes peuvent être ajustés de façon à limiter la quantité de temps passée en ligne pour ce type d’activités, étant donné que l’usage concomitant de drogues est également associé à un temps excessif en ligne pour certains types d’activités.


Agenda Agenda
Strasbourg 17 décembre

Rapport de MONEYVAL sur l'Albanie

Nous suivre Nous suivre

       

Galeries photos Galeries photos
galleries link
Facebook Facebook
@coe sur Twitter @coe sur Twitter