05 mai 2019 Niv. 2
Résolue
Création de l'alerte : 25 avr. 2019 France

Le journaliste Gaspard Glanz se voit interdire la couverture des manifestations de "Gilets Jaunes"

Source de la menaceEtatique
CatégorieAutres actes ayant des effets dissuasifs sur la liberté des médias
Auteur FEJ/FIJ
Auteur FEJ/FIJ
Le 20 avril, alors qu'il couvrait un rassemblement des « gilets jaunes », place de la République, à Paris, le journaliste indépendant français Gaspard Glanz, fondateur de l'agence Taranis News, a été violemment interpellé par la police pour avoir adressé un doigt d’honneur à un policier qui l’avait bousculé. Le journaliste a été placé en garde à vue pendant 48 heures. Il est renvoyé devant le tribunal pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ». Son contrôle judiciaire lui interdit de paraître dans la capitale française tous les samedis jusqu’à son procès, le 18 octobre, ainsi que pour le 1er Mai. Cette mesure l'empêche de couvrir ces manifestations pendant les six prochains mois. Lors des manifestations du 20 avril, à Paris, le photographe de presse Alexis Kraland a également été placé en garde à vue, pendant huit heures. Le même jour, le journaliste Tristan Goldbronn a été matraqué par la police. Les organisations représentatives des journalistes ont dénoncé ces violences policières. Une vingtaine de sociétés de rédacteurs et plusieurs syndicats de journalistes ont apporté leur soutien au journaliste Gaspard Glanz, dénonçant l'interdiction de travailler qui le vise.
Résolue
05 mai 2019: Le 5 mai 2019, compte tenu du verdict rendu par le Tribunal correctionnel de Paris le 29 avril 2019, les organisations partenaires de la Plateforme ont déclaré ce cas "résolu", concluant qu'il ne représentait plus une menace active à la liberté des médias.
Mises à jour
29 avr. 2019
Le 29 avril 2019, le Tribunal correctionnel de Paris a jugé que l’ordonnance du juge de la liberté et de la détention (JLD) interdisant à Gaspard Glanz de paraître à Paris tous les samedis et le 1er Mai jusqu’à son procès était irrégulière, faute de motivation suffisante. Il a levé l’interdiction prononcée.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link