26 avr. 2018 Niv. 1
Résolue
Création de l'alerte : 09 mars 2018 n° 21/2018 Ukraine

Un journaliste azerbaïdjanais possédant la citoyenneté néerlandaise craint pour sa vie après une attaque à Kiev

Source de la menaceInconnue
CatégorieHarcèlement et intimidation de journalistes
Auteur Article 19 AEJ CPJ FEJ/FIJ Index RSF
Auteur Article 19 AEJ CPJ FEJ/FIJ Index RSF
Fikret Huseynli, un journaliste azerbaïdjanais exilé, qui possède également la nationalité néerlandaise, craint pour sa vie et une extradition vers l'Azerbaïdjan sans une décision de justice, après avoir échappé à une attaque à Kiev par un groupe de personnes qui ont tenté de le séquestrer chez lui.

Selon M. Huseynli, le 5 mars 2018, un groupe de "civils ukrainiens accompagnés de personnes parlant l'azerbaïjanais" l'a attaqué dans son appartement, le frappant par terre et brisant son dentier. Avec l'aide du propriétaire et d'une connaissance qui a menacé d'appeler la police, M. Huseynli a réussi à s'échapper et se cache maintenant à Kyiv.

M. Huseynli, alors qu’il travaillait pour le journal d'opposition Azadliq, avait été violemment battu en 2006 par des « agresseurs inconnus ». Il avait ensuite fui l'Azerbaïdjan en 2008 pour les Pays-Bas où il a obtenu la nationalité néerlandaise il y a deux ans. L'ambassade néerlandaise a été informée de la tentative actuelle de le détenir à Kiev. Le 7 octobre 2017, M. Huseynli est venu travailler en Ukraine pour Turan TV, où il est actuellement employé. Le 17 octobre 2017, alors qu'il se rendait à Düsseldorf, il a été arrêté à l'aéroport de Kiev Boryspil, en vertu d'une notice rouge d'Interpol émise par les autorités azerbaïdjanaises qui cherchaient à traduire M. Huseynli en justice pour « franchissement illégal de la frontière » et « fraude ».

Des représentants de l'Azerbaïdjan auraient été présents à l'aéroport au moment de sa détention. Le 27 octobre 2017, un tribunal ukrainien a libéré sous caution M. Huseynli et a demandé au parquet d'examiner les motifs d'extradition. Le 13 février 2018, un tribunal ukrainien a rejeté un appel du procureur ukrainien à l’encontre de la décision de libération sous caution et a rejeté la demande d'extradition contre M. Huseynli. Le passeport de M. Huseynli a été confisqué par le procureur et le journaliste est obligé de rester en Ukraine jusqu'à ce que le parquet termine son examen de la demande azerbaïdjanaise d'extradition. Le tribunal a donné au bureau du procureur jusqu'au 20 mars pour terminer l'examen.
Résolue
26 avr. 2018: Le 26 avril 2018, les organisations partenaires de la Plateforme ont déclaré ce cas "résolu", concluant qu'il ne représentait plus une menace active à la liberté des medias, suite au retour de Fikret Huseynli aux Pays-Bas, le 17 avril 2018 et à la décision d'un tribunal de Kiev de ne pas prolonger les restrictions à sa liberté de mouvement.
Mises à jour
18 avr. 2018
Le 17 avril 2018, Fikret Huseynli a quitté l'Ukraine en direction des Pays Bas.
Suites données
18 avr. 2018
Le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias soulagé d'apprendre le retour aux Pays-Bas du journaliste azerbaïdjanais exilé Fikret Huseynli.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link