15 févr. 2018 Niv. 1
Aucune réponse
Création de l'alerte : 08 août 2017 Fédération de Russie

Un correspondant de Novaya Gazeta risque la déportation

Source de la menaceEtatique
CatégorieDétention et emprisonnement de journalistes
Auteur Index CPJ FEJ/FIJ RSF
Aucune réponse
Auteur Index CPJ FEJ/FIJ RSF
Le journaliste du journal indépendant Novaya Gazeta, Khudoberdi Nurmatov, également connu sous le nom d'Ali Feruz, a été placé en détention par la police le 1er août 2017 et devrait maintenant être expulsé vers l’Ouzbékistan, son pays natal à la suite d'une décision du tribunal de district de Basmannyi à Moscou.
Nurmatov a déclaré qu'un agent de police l'a arrêté dans la rue en demandant ses papiers d’identité et lui a ensuite ordonné de monter dans un véhicule de police. Au bureau de police, les agents ont rempli des documents indiquant qu'il avait violé les lois sur l'immigration. Nurmatov a également été condamné à une amende de 5000 roubles (80 euros).
Nurmatov est basé en Russie depuis 2011 après avoir fui l'Ouzbékistan où il aurait été détenu et torturé par des agents du service de sécurité nationale pour avoir refusé de collaborer secrètement avec eux. En mai 2016 et en février 2017, la Russie a refusé d'accorder l'asile temporaire au journaliste.
Ses amis et ses soutiens craignent qu’il ne soit enlevé par les forces de sécurité ouzbèkes. Les organisations de défense des droits de l'homme ont répertorié plusieurs cas de citoyens ouzbèkes qui, ayant demandé l'asile ou obtenu le statut de réfugié, ont disparus ces dernières années à Moscou pour réapparaître plus tard dans les prisons ouzbèkes.
Nurmatov a écrit des articles sur la politique intérieure ouzbèke et les conditions dans lesquelles les immigrants d'Asie centrale vivent à Moscou. Les organisations des droits de l'homme croient que le renvoi de Khudoberdi Nurmatov vers l'Ouzbékistan le mettrait en danger car ses activités journalistiques et de défense des droits de l'homme l'exposent au pire dans un pays où la torture est systématiquement utilisée.
Selon l'avocat du journaliste, Daniil Khaimovich, Nurmatov a tenté de se suicider dans un couloir du tribunal. Avant d'essayer de se trancher les veines du poignet, le journaliste a déclaré à son avocat: "Je préfèrerais mourir que de retourner en Ouzbékistan". Il a ensuite été placé dans un centre de déportation à Moscou.
Il aurait été battu pendant son transfert au centre de déportation et subi d'importantes blessures.
Mises à jour
15 févr. 2018
Le 15 février 2018, Ali Feruz était en route pour un pays tiers après qu'un tribunal de Moscou l'a autorisé à voyager à destination de tout pays.
09 févr. 2018
Le 9 février 2018, le tribunal du district de Basmanny à Moscou a décidé qu'Ali Feruz avait le droit de déposer une demande d'autorisation de quitter la Russie à destination d'un pays tiers.
02 févr. 2018
Le 2 février 2018, un tribunal de Moscou a autorisé Ali Feruz a quitter la Russie.
24 janv. 2018
Le 24 janvier 2018, la Cour suprême de Russie a accepté partiellement le pourvoi de Nurmatov, annulant son expulsion et décidant que son cas devait être renvoyé devant le tribunal municipal de Moscou pour être réexaminé.
22 nov. 2017
Le 21 novembre 2017, le tribunal du district de Basmanny à Moscou a condamné Nurmatov à une amende pour "travail illégal" en Russie et a ordonné son expulsion. Son expulsion est toutefois suspendue suite à la prescription d`une mesure provisoire par la Cour européenne des droits de l'homme, et le restera pendant l`examen de son cas par la CEDH.
23 oct. 2017
Le 20 octobre 2017, un tribunal de district de Moscou a rejeté la requête de Nurmatov à l'encontre du refus d'octroi de l'asile émis par le service de l'immigration du ministère de l'intérieur russe.
08 août 2017
Le 8 août 2017, un tribunal de Moscou a décidé que Nurmatov ne pouvait pas être déporté jusqu'à ce que la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) ait statué sur sa requête. Le 4 août, la CEDH avait prescrit une mesure provisoire s'opposant à son renvoi vers l'Ouzbékistan pendant la durée de la procédure devant la Cour. Les mesures provisoires sont des mesures d’urgence qui, selon la pratique constante de la Cour, ne s’appliquent que lorsqu’il y a un risque imminent de dommage irréparable (http://www.echr.coe.int/Documents/FS_Interim_measures_FRA.pdf).
Suites données
27 janv. 2018
Le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias salue la décision de la Cour suprême russe comme une avancée positive et appelle à la liberation d'Ali Feruz .
08 août 2017
Le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias suit de près l'appel contre la déportation du journaliste Ali Feruz avec l'espoir d'une issue positive.
08 août 2017
Le Commissaire aux droits de l'homme appelle "les autorités russes à libérer M. Nurmatov du centre de détention provisoire et à veiller à ce qu'il dispose de toutes les garanties procédurales nécessaires dans le cadre de la procédure administrative en question".
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link