16 févr. 2017 Niv. 1
L'État a répondu
Création de l'alerte : 16 nov. 2016 n° 119/2016 Ukraine

Impunité persistante suite au meurtre du journaliste ukrainien d'investigation Georgiy Gongadze

Source de la menaceInconnue
CatégorieImpunité pour meurtre
Auteur FEJ/FIJ AEJ CPJ Index RSF
Auteur FEJ/FIJ AEJ CPJ Index RSF
Pour marquer la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, la FEJ, la FIJ, Index on Censorship, AEJ, RSF et le CPJ soumettent une alerte au Conseil de l'Europe au sujet de l'impunité persistante suite à l’enlèvement et au meurtre du journaliste ukrainien Georgiy Gongadze.
Le 16 septembre 2000, le journaliste a disparu; son corps décapité a été retrouvé six semaines plus tard. Georgiy Gongadze avait enquêté sur la corruption au sein du gouvernement et sous la présidence de l’ancien président Koutchma. Dans les mois qui ont précédé sa mort, Gongadze avait signalé qu'il était sous surveillance et qu'il avait reçu des menaces.
Après des années d'enquêtes, quatre anciens agents du Service secret ukrainien (SBU) ont été condamnés, mais personne n'a été condamné pour avoir ordonné et incité à commettre son meurtre. Au cours des seize dernières années, l'absence d'enquête efficace sur l'enlèvement et le meurtre de Georgiy Gongadze a eu un impact important sur la société ukrainienne et sur la communauté journalistique en général.
Les organisations partenaires de la Plateforme du Conseil de l'Europe demandent aux autorités ukrainiennes de confirmer leur attachement à la liberté de la presse en traduisant en justice tous les responsables de la mort de Georgiy Gongadze.
Réponses de l'État
16 févr. 2017
Réponse du Gouvernement ukrainien
Suites données
15 nov. 2016
Pour la Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias, le meurtre de Gongadze doit faire l'objet d'une enquête approfondie. Elle appelle les autorités ukrainiennes à faire cesser le climat d'impunité.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link