08 août 2019 Niv. 2
L'État a réponduEn progrès
Création de l'alerte : 07 nov. 2017 France

La journaliste Nadia Daam harcelée et menacée de mort sur les réseaux sociaux

Source de la menaceNon-étatique
CatégorieHarcèlement et intimidation de journalistes
Auteur FEJ/FIJ INSI RSF
Auteur FEJ/FIJ INSI RSF
La journaliste Nadia Daam fait l'objet d'une campagne de haine sur internet depuis la diffusion de sa chronique sur la radio Europe 1, le 1er novembre 2017. Elle y dénonçait le sabotage d'une ligne téléphonique "anti-relou", destinée à aider les femmes victimes de harcèlement de rue, par des activistes issus du forum "Blabla 18-25" de la plateforme Jeuxvidéo.com. Nadia Daam qualifiait notamment le forum de "poubelle à déchets non recyclables".

Depuis, la journaliste a été la cible d'attaques contre ses comptes électroniques, d'injures pornographiques, de menaces de mort, de menaces de viol, de discours de haine sur les réseaux sociaux. Selon Europe 1, un individu aurait également tenté de s'introduire à son domicile au milieu de la nuit.

Europe 1 a annoncé avoir déposé plainte pour "menace de crime contre les personnes" dans une antenne de police du 8ème arrondissement de Paris.
En progrès
11 juin 2019: Le 21 mars 2019, le Tribunal correctionnel de Rennes a déclaré un étudiant en philosophie coupable de menaces de crime et l’a condamné à cinq mois de prison avec sursis et 2 500 € de dommages-intérêts. Trois autres personnes identifiées par l’enquête doivent encore être jugées.   Article publié par Le Monde : "Prison avec sursis pour un étudiant qui avait harcelé la journaliste Nadia Daam"
Mises à jour
13 juil. 2018
Le 6 juillet 2018, un homme ayant appelé à l’annonce du jugement à « venger nos frères tombés au combat » a été condamné par le Tribunal correctionnel de Bobigny pour menaces de crime et menaces de mort à six mois de prison avec sursis, 180 heures de travaux d’intérêt général, l’obligation de trouver un emploi ou une formation et à 5 000 € de dommages-intérêts.
06 juil. 2018
Le 3 juillet 2018, le tribunal correctionnel de Paris a déclaré deux hommes coupables de menaces et condamné chacun à six mois de prison avec sursis et 2 000 euros de dommages et intérêts.
Réponses de l'État
08 août 2019
Nouveau Réponse des autorités françaises
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link