18 sept. 2019 Niv. 2
Aucune réponse
Création de l'alerte : 18 sept. 2019 n° 110/2019 Croatie

Le journaliste Gordan Duhaček condamné à une amende pour un tweet 'anti-police'

Source de la menaceEtatique
CatégorieHarcèlement et intimidation de journalistes
Auteur FEJ/FIJ
Aucune réponse
Auteur FEJ/FIJ
Gordan Duhaček, journaliste pour Index.hr, a été arrêté par la police de Zagreb à l'aéroport alors qu'il allait prendre un vol officiel le lundi 16 septembre. M. Duhaček a finalement été libéré et reconnu coupable d'avoir insulté la police dans deux posts sur son fil Twitter et a été condamné à une amende symbolique de 100 euros pour l'un de ces posts. Le journaliste dénonce le fait qu'il a été aspergé de gaz lacrymogène sur le sol et qu'on lui a affirmé dans une voiture de police que cela lui arrivait parce qu'il résistait au système. Duhaček a écrit un tweet en 2018 : "Tout le monde ne résistera pas au système. ACAB !" (All Cops Are Bastards), dans lequel il commentait un incident de violence policière excessive dans une boîte de nuit de Zadar. Le deuxième tweet était une reprise satirique de la chanson patriotique "Vilo Velebit", dans laquelle il a utilisé le mot "merde" à plusieurs reprises, en référence à des informations selon lesquelles les lacs de Plitvice, l'une des principales attractions touristiques et un des parcs naturels les plus connus du pays , déversent régulièrement les eaux usées locales dans un lac voisin. Le verdict sur ce dernier post sera rendu jeudi. Duhaček a été poursuivi en vertu d'un article de la loi sur les atteintes à l'ordre public et à la paix, ce qui représente une menace pour la liberté d'expression dans le pays.
Suites données
18 sept. 2019
Le Représentant de l'OSCE pour la liberté des médias se déclare gravement préoccupé par les poursuites judiciaires et la brève détention d'un journaliste en Croatie.
18 sept. 2019
L'arrestation et la condamnation au paiement d'une amende du journaliste croate Gordan Duhacek pour ses posts sur Twitter constituent une pure intimidation de la presse, a déclaré la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link