06 sept. 2017 Niv. 2
L'État a répondu
Création de l'alerte : 12 juil. 2017 Allemagne

Violences policières à l’encontre de journalistes et refus d’accréditation lors du sommet du G20 à Hambourg

Source de la menaceEtatique
CatégorieAtteintes à la sécurité et à l’intégrité physique des journalistes
Auteur FEJ/FIJ Index RSF
Auteur FEJ/FIJ Index RSF
Lors du sommet du G20 à Hambourg, les 7 et 8 juillet, au moins 32 journalistes se sont retrouvés privés d’accréditation. Parmi eux, 9 journalistes se sont vus retirer l’accréditation qui leur avait été accordée et 23 d’entre eux figuraient sur une liste les interdisant d’accéder au centre de presse du G20.
L’Office fédéral de police criminelle (BKA) a confirmé le 7 juillet sur Twitter qu’il avait pris la décision, conjointement avec l’Office de presse du gouvernement fédéral, de se réserver le droit de retirer certaines accréditations accordées aux journalistes. Selon le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert, cette décision a été prise pour des « motifs de sécurité ».
Un photographe du quotidien Weser Kurier s’est vu retirer son accréditation « sans aucune justification » selon le journal. Un autre photographe du même quotidien a également été privé de son accréditation après avoir photographié les émeutes à Hambourg et n’a « reçu aucune justification même après en avoir fait la demande », selon le journal. Les deux principales organisations de journalistes, DJV et dju in ver.di, ont contesté ces restrictions.

Par ailleurs, en marge du sommet, plusieurs journalistes ont subi des violences policières alors qu’ils couvraient les manifestations qui se déroulaient en ville. Le journaliste freelance Flo Smith, présent sur les lieux le 7 juillet, raconte qu’alors que lui et ses collègues étaient identifiables en tant que journalistes grâce à leurs caméras et leurs cartes de presse, ils ont été aspergés de gaz lacrymogène et insultés par des policiers. Le journal Taz a relayé un dialogue entre un policier et une journaliste au cours duquel elle subit des menaces et des insultes. D’autres journalistes affirment avoir été attaqués par des manifestants.
Mises à jour
22 juil. 2019
A l’été 2018, le Ministère public de Hambourg avait ouvert 138 enquêtes préliminaires, majoritairement pour coups et blessures dans l’exercice de l’autorité publique, et le Service d’enquête interne auprès de l’administration de l’Intérieur de Hambourg comptabilisait 152 enquêtes administratives en cours.
16 août 2017
Le 11 août 2017, huit journalistes ont assigné l'Office fédéral de presse devant le Tribunal administratif de Berlin, afin de faire constater l’illégalité du retrait de leur accréditation.
24 juil. 2017
Le 18 juillet 2017, le président de l’Office fédéral de police judiciaire (BKA) a répondu à une lettre envoyée par le Deutscher Journalisten Verband, expliquant la pratique d'accréditation.
Réponses de l'État
06 sept. 2017
Réponse du Gouvernement fédéral allemand
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link