11 juin 2019 Niv. 1
Résolue
Création de l'alerte : 07 oct. 2018 Bulgarie

La journaliste bulgare Viktoria Marinova tuée

Source de la menaceInconnue
CatégorieAtteintes à la sécurité et à l’intégrité physique des journalistes
Auteur AEJ CPJ FEJ/FIJ Index PEN
Auteur AEJ CPJ FEJ/FIJ Index PEN
La journaliste bulgare et présentatrice de télévision Viktoria Marinova a été retrouvée morte le 6 octobre 2018 dans un parc de la ville de Ruse, dans le nord du pays, où elle aurait fait du jogging. Un procureur régional a déclaré qu'elle avait reçu des coups à la tête et qu'elle était morte étouffée. Le ministre bulgare de l'Intérieur, Mladen Marinov, a déclaré aux journalistes que la journaliste âgée de trente ans avait également été violée. Son téléphone portable, ses clés de voiture, ses lunettes et certains de ses vêtements avaient également disparu. Le ministre a déclaré qu'aucune preuve n'avait été trouvée pour suggérer que le meurtre était lié à son travail et que les autorités n'étaient au courant d'aucune information selon laquelle elle aurait été menacée. Le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias a exhorté les autorités bulgares à mener une enquête approfondie pour déterminer si l'attaque était liée ou non à son travail. Les médias bulgares se sont inquiétés du fait que Marinova pourrait avoir été prise pour cible en raison de ses récentes apparitions à la télévision. Ils ont fait remarquer que le 30 septembre, elle avait présenté, sur la chaîne de télévision régionale privée TVN, un programme d'enquête intitulé "Detector", qui comprenait des interviews de deux journalistes bulgares et roumains connus au sujet de leur enquête sur de présumés détournements de fonds de l'UE par des politiciens et hommes d'affaires. Asen Yordanov, propriétaire du site web de journalisme d'investigation Bivol.bg, aurait déclaré que les journalistes qui ont participé à l'émission étaient en danger en raison de leur enquête sur la question, qui depuis quelque temps fait l'objet d'une vive controverse. M. Yordanov a suggéré que le meurtre de Mme Marinova avait été conçu comme un avertissement adressé à d’autres journalistes. En octobre 2017, des centaines de journalistes bulgares avaient organisé une manifestation publique à Sofia après que le vice-Premier ministre Valeri Simeonov et un autre haut responsable politique eurent menacé de révoquer un journaliste de télévision qui avait posé en direct des questions approfondies sur des questions politiques délicates.
Résolue
11 juin 2019: Le 22 avril 2019, un tribunal bulgare a condamné à 30 ans de prison un homme reconnu coupable du meurtre de la journaliste Victoria Marinova. Selon le jugement, le crime n'était pas lié à sa profession. Le 11 juin 2019, les organisations partenaires de la Plateforme ont déclaré ce cas "résolu", concluant qu'il ne représentait plus une menace active à la liberté des médias.
Mises à jour
23 avr. 2019
Le 22 avril 2019, un tribunal bulgare a condamné à 30 ans de prison un homme reconnu coupable du meurtre de la journaliste Victoria Marinova.
11 oct. 2018
Le 10 octobre 2018, la police allemande a placé un homme en détention dans le cadre de l'enquête sur le meurtre et le viol de Viktoria Marinova.
Réponses de l'État
Suites données
12 oct. 2018
Le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias se félicite des progrès réalisés dans l'enquête sur l'assassinat d'une journaliste bulgare et demande une enquête complète et approfondie
09 oct. 2018
Les co-rapporteurs de l'APCE pour le dialogue post-suivi avec la Bulgarie, choqués par ce qui est arrivé à Mme Marinova. exhortent les autorités bulgares à mener immédiatement une enquête approfondie sur son assassinat et les sévices qu'elle a subis.
08 oct. 2018
Le Secrétaire général du CdE appelle les autorités bulgares à mener rapidement une enquête approfondie sur l'assassinat horrible de la journaliste d'investigation Viktoria Marinova.
08 oct. 2018
La Commissaire aux droits de l'homme appelle les autorités à enquêter de manière urgente et approfondie sur ce crime odieux et à veiller à ce que les responsables, y compris les commanditaires, soient jugés.
08 oct. 2018
Le représentant de l'OSCE choqué par le meurtre d'une journaliste bulgare demande que justice soit faite et qu'une enquête approfondie soit ouverte.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link