06 déc. 2018 Niv. 2
Résolue
Création de l'alerte : 28 juil. 2017 n° 81/2017 Royaume-Uni

La licence d’une radio communautaire du Royaume-Uni révoquée

Source de la menaceEtatique
CatégorieAutres actes ayant des effets dissuasifs sur la liberté des médias
Auteur Article 19
Auteur Article 19
Le 27 juillet 2017, Ofcom, l’autorité de régulation pour les médias audiovisuels du Royaume-Uni a révoqué la licence de radio communautaire détenue par Iman FM en raison de « violations extrêmement sérieuses du code de radiodiffusion, après la diffusion de contenu susceptible d'inciter à ou d'encourager la commission de crimes ou de provoquer un désordre ». La décision est liée à la diffusion d’une série de conférences d’Anwar al-Awlaki, un clerc musulman radical américain. Ofcom a ouvert une enquête sur la station de radio, suite à une plainte d’un membre du public au début du mois de juillet. Le service de la station de radio a été suspendu le 4 juillet ; et le 27 juillet, Ofcom a rendu une décision statuant que le service ne sera pas rétabli.

Selon la décision d’Ofcom, la violation du code de radiodiffusion était particulièrement sérieuse : les conférences diffusées sont clairement extrémistes, provenant d’une personnalité connue et identifiée comme terroriste par les Etats-Unis. Ofcom a déclaré qu’Iman FM a fait preuve d’ « un manque fondamental de compréhension des exigences élémentaires de conformité du secteur de la radiodiffusion », et qu’un défaut de révocation de la licence « mettrait en danger les auditeurs et le public en général ». Ofcom a ajouté que, même s’il n’y a pas de preuves qu’Iman FM a eu l’intention d’inciter au crime, le fait que la station n’ait pas écouté complètement ni vérifié la source du contenu diffusé « est considérablement en-deçà des normes attendues d'un diffuseur responsable, y compris d’un diffuseur qui est géré par une équipe de bénévoles ».

Iman FM a admis qu’il s’agissait d’une erreur de diffuser ces conférences et a adressé des excuses.

Des organisations de défense de la liberté d'expression ont exprimé leur préoccupation estimant que la décision d'Ofcom était disproportionnée.
Résolue
06 déc. 2018: Etant donné que Iman TV a reconnu avoir été en violation du code de radiodiffusion et n’a pas fait appel de la décision, le 6 décembre 2018, les organisations partenaires de la Plateforme ont déclaré ce cas "résolu", concluant qu'il ne représentait plus une menace active à la liberté des médias.
Réponses de l'État
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link