19 janv. 2017 Niv. 1
Aucune réponse
Création de l'alerte : 19 janv. 2017 n° 8/2017 Turquie

Dix ans après l'assassinat du journaliste Hrant Dink, les commanditaires ne sont toujours pas condamnés

Source de la menaceEtatique
CatégorieImpunité pour meurtre
Auteur FEJ/FIJ Article 19 AEJ CPJ Index IPI RSF
Aucune réponse
Auteur FEJ/FIJ Article 19 AEJ CPJ Index IPI RSF
Le 19 janvier 2007, Hrant Dink, journaliste turco-arménien et fondateur du journal Agos, a été abattu à 15h05 dans la rue devant son bureau à Istanbul. Le meurtrier, un nationaliste turc de 17 ans et certains de ses complices ont été appréhendés et emprisonnés, mais toutes les personnes impliquées dans ce crime n'ont pas fait l'objet d'une enquête. En 2010, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que les autorités turques n'ont pas protégé les droits à la vie et à la liberté d'expression de Hrant Dink. La Cour constitutionnelle de Turquie a statué que le rôle présumé des fonctionnaires et des institutions dans le meurtre du journaliste doit faire l’objet d’une enquête. Les fonctionnaires qui auraient manqué à leur devoir de protection envers le journaliste et préparé de faux rapports sont actuellement poursuivis devant le 14ème tribunal pénal d'Istanbul.
Suites données
19 janv. 2017
Dix ans après, la Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias appelle les autorités turques à accroître leurs efforts pour s'assurer que justice soit rendue dans l'affaire du meurtre du journaliste Hrant Dink
Instruments du Conseil de l'Europe Clause de non-responsabilité
19 janv. 2017
Affaire Dink c. Turquie, Arrêt de la CEDH du 14 septembre 2010 (Requêtes nos 2668/07, 6102/08, 30079/08, 7072/09 et 7124/09) : Manquement des autorités à protéger la vie d’un journaliste menacé de mort et à protéger la liberté d’expression d’un journaliste qui s’était exprimé sur l’identité des citoyens turcs d’origine arménienne
Clause de non-responsabilité
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link