19 déc. 2017 Niv. 2
Résolue
Création de l'alerte : 21 nov. 2016 Bosnie-Herzégovine

Bosnie et Herzégovine : Un blogueur fuit le pays après avoir reçu des menaces de mort

Source de la menaceEtatique
CatégorieHarcèlement et intimidation de journalistes
Auteur Index CPJ RSF
Auteur Index CPJ RSF
Le 20 novembre 2016, Slobodan Vaskovic, blogueur bien connu et journaliste de Banja Luka, a annoncé qu’il avait quitté la Bosnie et Herzégovine, par crainte pour sa vie. “Je me suis rendu compte que ma vie pourrait être en danger et j’ai été obligé de quitter la Bosnie et Herzégovine jusqu’à nouvel ordre” écrivait-il sur son blog. S. Vaskovic a également écrit qu’un officier de police de haut rang l’avait averti que sa vie était en danger, ce qui l’avait décidé à quitter le pays immédiatement. Le journaliste est connu comme un observateur critique qui s’exprime ouvertement sur le gouvernement de la Republika Srpska (RS). Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il reçoit des menaces de mort. Dragan Lukac, Ministre de l’intérieur de la RS, a déclaré à la presse que la police n’avait pas connaissance de menaces de mort à l’encontre de S. Vaskovic. Ce dernier avait commencé à recevoir des menaces de mort par le biais des réseaux sociaux après avoir écrit le 2 octobre sur les élections locales et publié des clips vidéo sur lesquels le President de la RS, Milorad Dodik apparaitrait, ordonnant à ses ministres de ne communiquer avec aucun des maires des partis de l’opposition. Vaskovic avait également publié une vidéo sur son blog où M. Dodik pouvait être vu déclarant que le parti détenait une "liste noire" de toutes les personnes qui avaient représenté un problème pour eux.
Résolue
: Suite au retour du journaliste à Banja Luka et sa décision de ne pas porter plainte, le 19 décembre 2017, les organisations partenaires de la Plateforme ont déclaré ce cas "résolu", concluant qu'il ne représentait plus une menace active à la liberté des médias.
Mises à jour
29 nov. 2016
Le 29 novembre 2016, Slobodan Vaskovic est retourné à Banja Luka. Il a décidé de ne pas signaler l'incident à la police.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link