27 juin 2019 Niv. 2
L'État a répondu
Création de l'alerte : 05 mars 2019 France

Tentative de perquisition à la rédaction de Mediapart

Source de la menaceEtatique
CatégorieAutres actes ayant des effets dissuasifs sur la liberté des médias
Auteur FEJ/FIJ
Auteur FEJ/FIJ
Le 4 février 2019, vers 11h, deux magistrats du parquet du Procureur de la République de Paris, accompagnés de trois enquêteurs de la police, se sont présentés dans les locaux du site d’information Mediapart pour y réaliser une perquisition, dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques pouvant permettre l'interception de télécommunications ou de conversations". Les journalistes d'investigation présents s'y sont opposés au nom de la protection des sources des journalistes.

Dans un article, Mediapart avance l'hypothèse que des éléments fournis par le cabinet du premier Ministre auraient amené le parquet de Paris à décider l’ouverture d’une enquête préliminaire, et considère que la mesure ne respecte pas l’équilibre nécessaire entre la poursuite d’infractions pénales et la protection des sources. Faisant suite à la demande de communication de pièces par le juge d’instruction en charge des violences commises le 1er mai 2018, les journalistes ont ensuite remis sept enregistrements, sans mettre en danger leurs sources.

L’enquête préliminaire fait suite à la publication le 31 janvier 2019, sur le site de Mediapart, de nouvelles informations au sujet de "L'affaire Macron-Benalla", qui fragilisent la défense de l'ancien adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla. Elle porte sur les conditions dans lesquelles ces informations ont pu être obtenues.

L'affaire avait commencé en juillet 2018, avec les révélations du quotidien Le Monde, qui accusent Alexandre Benalla d'avoir usurpé la fonction de policier après avoir molesté un couple de manifestants le 1er mai 2018. L'affaire a ensuite mis en lumière des dysfonctionnements au sein de l'Elysée avec de nouvelles informations suspectant, notamment, Alexandre Benalla d'avoir conclu un contrat avec un oligarque russe pour le compte de sa propre en société, alors qu'il était en poste à l'Elysée.
Mises à jour
09 avr. 2019
Le 5 avril 2019, Mediapart a assigné l’Etat devant le Tribunal de Paris, en responsabilité pour faute lourde ayant causé un « préjudice anormal, spécial et d’une particulière gravité ».
Réponses de l'État
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link