15 nov. 2017 Niv. 2
L'État a répondu
Création de l'alerte : 27 oct. 2015 n° 85/2015 Belgique

Des journalistes arrêtés et contraints d'effacer leurs images lors d'une manifestation anti-TTIP

Source de la menaceEtatique
CatégorieAutres actes ayant des effets dissuasifs sur la liberté des médias
Auteur FEJ/FIJ
Auteur FEJ/FIJ
Dans le cadre d'une manifestation à Bruxelles le 15 octobre 2015 contre le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP en anglais), au moins trois journalistes freelances ont été arrêtés par la police belge qui a en profité pour procéder à la destruction du matériel de presse. Thomas Michel et Maxime Lehoux, deux journalistes couvrant la manifestation pour Zin TV, une chaîne de télévision sur internet, ainsi qu'un journaliste freelance professionnel italien détenteur de la carte de presse officiel, ont été forcés d'effacer leurs images documentant la violence policière utilisée à l'égard des manifestants. Les policiers ont invoqué le niveau d'alerte 3 (terrorisme) pour justifier l'effacement de la totalité des images tandis que les journalistes précisent qu'ils se sont clairement identifiés comme journalistes auprès des policiers et qu'ils ne faisaient que filmer des images publiques ne se rapportant pas aux dispositifs de sécurité. La ligue belge des droits de l'homme précise que le journaliste italien a été privé de liberté pendant six heures pour avoir filmé une intervention policière sur la voie publique dans le cadre de ces manifestations anti-TTIP.
Mises à jour
25 févr. 2019
Le 22 février 2019, la Chambre du Conseil de Bruxelles a ordonné le renvoi de l’affaire devant le Tribunal correctionnel pour jugement des policiers fédéraux, pour vol d’usage et effacement de données vidéo.
03 déc. 2018
Le 29 novembre 2018, Patrick Lefebvre a déclaré porter plainte auprès du Comité permanent de contrôle des services de police (Comité P).
15 nov. 2017
Le 14 novembre 2017, après la plainte déposée par Thomas Michel et Maxime Lehoux (ZIN TV) contre deux policiers fédéraux néerlandophones, la Chambre du conseil francophone auprès du Tribunal de première instance de Bruxelles a renvoyé l’affaire devant la Chambre du conseil néerlandophone.
Réponses de l'État
Instruments du Conseil de l'Europe Clause de non-responsabilité
Clause de non-responsabilité
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link