15 mars 2019 Niv. 1
L'État a répondu
Création de l'alerte : 30 nov. 2018 Ukraine

Journalistes attaqués par des radicaux d'extrême droite

Source de la menaceNon-étatique
CatégorieAtteintes à la sécurité et à l’intégrité physique des journalistes
Auteur FEJ/FIJ Index
Auteur FEJ/FIJ Index
Le 18 novembre 2018, deux journalistes ukrainiens et un canadien ont été agressés à Kyiv par des groupes de droite participant à la contre-manifestation organisée pour la Journée internationale du souvenir trans. Le rassemblement pacifique a été attaqué et perturbé par des groupes d'extrême droite mobilisés. Les particpants ont été attaqués avec des gaz lacrymogènes, des bombes fumigènes. Parmi les blessés, il y avait des journalistes.
Margareta Bondari, 19 ans, journaliste indépendante pour le magazine Spilka, a été agressée par trois hommes alors qu'elle quittait le site. Elle a été blessée par un spray au poivre. Au cours des jours qui ont suivi, elle a été personnellement visée par Yevgen Karas, le chef du groupe d'extrême droite S14, par le biais des médias et des réseaux sociaux. Margareta Bondari avait fait l'objet d'une campagne d'intimidation au début de l'année lorsqu'elle a révélé des faits d'incendie volontaire visant des maisons de Roms à Kyiv.
Bogdan Aminov, journaliste à la chaîne Newsone TV, âgé de 22 ans, a également été agressé au cours du contre-rassemblement. Selon lui, sa plainte officielle à la police ne fait pas l'objet d'une enquête.
Le journaliste canadien Michael Colborne a également été agressé avec du spray au poivre et frappé au visage par deux contre-manifestants près d'une station de métro. Il a eu une lèvre enflée et des coupures au visage dues aux bris de ses lunettes. La police a déclaré avoir ouvert une enquête sur l'attaque contre Michael Colborne, la qualifiant d'hooliganisme.
Réponses de l'État
15 mars 2019
Réponse du Gouvernement ukrainien  
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link