13 févr. 2019 Niv. 1
Aucune réponse
Création de l'alerte : 18 mai 2017 Turquie

Harcèlement judiciaire à l'encontre de journalistes d'opposition en Turquie

3 Journalistes en détention
Source de la menaceEtatique
CatégorieDétention et emprisonnement de journalistes
Auteur FEJ/FIJ AEJ
Aucune réponse
Auteur FEJ/FIJ AEJ
Des articles parus dans les nouveaux médias soulignent la situation critique de la jeune journaliste turque Ayşenur Parıldak (27 ans), arrêtée depuis plus de 9 mois, relâchée par la justice le 2 mai 2017 et immédiatement ré-arrêtée le jour même sur le fondement de nouveaux chefs d’accusation liés aux mêmes faits (être correspondante pour le journal Zaman).
De même, à la mi-avril 2017, 12 journalistes (Gökçe Fırat Çulhaoğlu, Yakup Çetin, Bünyamin Köseli, Cihan Acar, Abdullah Kılıç, Oğuz Usluer, Atilla Taş, Hüseyin Aydın, Murat Aksoy, Mustafa Erkan, Seyit Kılıç et Yetkin Yıldız), arrêtés le 30 août 2016 pour appartenance à une organisation terroriste illégale, ont été libérés par un tribunal d'Istanbul et immédiatement arrêtés à nouveau pour «tentative de renversement de l'ordre constitutionnel et du gouvernement turc» sur la base des mêmes faits.
En avril 2017, dans la ville de Nusaybin, la journaliste Meltem Oktay, travaillant pour l'agence de presse DIHA, a été détenue pour avoir travaillé sous l’état d’urgence, relâchée sur décision judiciaire à Mardin et ré-arrêtée immédiatement, accusée de "faire de la propagande" par un autre tribunal à Edirne,
Toujours durant le même mois, à Antalya, 5 journalistes arrêtés (sur 8) ont été libérés par un tribunal et immédiatement ré- arrêtés sur décision d’un autre tribunal sur le fondement de nouvelles accusations basées sur les mêmes faits.
Dans certains de ces cas, même les juges ayant ordonné la libération de journalistes ont été poursuivis et suspendus pour avoir pris ces décisions, ce qui soulève des questions quant à l'accès à un procès équitable pour les journalistes détenus.
Mises à jour
13 févr. 2019
Atilla Taş a été libéré sous contrôle judiciaire le 8 février 2019.
25 oct. 2018
Le 22 octobre 2018, la deuxième chambre pénale de la Cour régionale de justice d'Istanbul a confirmé la condemnation d'Atilla Taş . En conséquence, le 9 novembre,il a été emprisonné pour purger le reste de cette peine.
25 oct. 2017
Attila Taş a été libéré de détention provisoire par un tribunal d'Istanbul le 24 octobre 2017. Selon la décision de la 25e Haute Cour pénale d'Istanbul, Taş a été libéré après que le tribunal a établi que le suspect n'avait pas de compte bancaire auprès de Bank Asya et n'avait jamais utilisé l'application de téléphone mobile ByLock, deux faits considérés par les autorités turques comme preuve de liens avec le mouvement Gülen.
Suites données
19 oct. 2017
Le 10 octobre 2017, le Commissaire aux droits de l'homme est intervenu devant la Cour européenne des droits de l’homme dans des affaires concernant la détention de journalistes et la liberté d’expression en Turquie.
Journalistes en détention

Actuellement en détention (3) :

Gökçe Fırat Çulhaoğlu, Meltem Oktay, Oğuz Usluer.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link