13 nov. 2018 Niv. 2
L'État a répondu
Création de l'alerte : 24 sept. 2018 France

"Election" controversée du PDG de l'Agence France Presse

Source de la menaceEtatique
CatégorieAutres actes ayant des effets dissuasifs sur la liberté des médias
Auteur FEJ/FIJ
Auteur FEJ/FIJ
L'élection de Fabrice Fries, ex-PDG de Publicis Consultants, à la présidence de l'Agence France Presse (AFP), le 12 avril 2018, a été analysée par plusieurs syndicats de journalistes et par la société des journalistes de l'AFP comme une dangereuse main mise sur la 3ème agence mondiale d’information par le pouvoir politique. Une lettre signée par trois administrateurs de l’AFP et adressée à la Ministre de la Culture Françoise Nyssen avance que cette "élection" d'un candidat unique est une opération de parachutage politique. Ils expliquent que la décision du gouvernement de retirer son soutien à l'un des deux derniers candidats en lice, Emmanuel Hoog, a entrainé le retrait immédiat de la candidature de M. Hoog, à l'avantage de M. Fries. Cela a eu pour conséquence de contourner les règles du processus habituel de sélection du futur PDG. Fabrice Ries a finalement été désigné PDG sans obtenir les 13 voix nécessaires à son élection, sur les 18 membres votants du conseil d'administration de l'agence.
Mises à jour
05 oct. 2018
Le PDG de l'AFP Fabrice Fries a présenté, le 4 octobre au conseil d’administration de l’Agence un plan de « baisse des coûts » qui repose essentiellement sur une réduction nette de 125 postes de travail (85 membres du personnel technique et administratif, et 40 journalistes).
Réponses de l'État
13 nov. 2018
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link