31 juil. 2018 Niv. 2
L'État a répondu
Création de l'alerte : 01 juin 2018 Ukraine

Menaces contre le président de l'Union nationale des journalistes d'Ukraine

Source de la menaceEtatique
CatégorieHarcèlement et intimidation de journalistes
Auteur FEJ/FIJ
Auteur FEJ/FIJ
Plusieurs journalistes ont été menacés en Ukraine, dans un contexte de violence verbale croissante contre les médias et les organisations de journalistes qui contestent les actions du gouvernement ukrainien. Le 30 mai 2018, Larissa Sargan, porte-parole du procureur général d'Ukraine, a posté sur sa page Facebook une liste de 26 soi-disant «traîtres» qui ont critiqué les forces de l'ordre après le « meurtre » à Kiev du journaliste russe Arkady Babchenko. Le « meurtre » était en fait une opération dans laquelle les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont simulé l'assassinat de Babchenkos. Deux journalistes figurent dans la liste des soi-disant traîtres de Larissa Sargan: Myroslava Gongadze et Sergiy Tomilenko, le président de l'Union nationale des journalistes d'Ukraine. Le 16 mai 2018, Iryna Gerashchenko, première vice-présidente du parlement ukrainien, a attaqué verbalement le Syndicat national des journalistes d'Ukraine. Elle a accusé le syndicat de coopérer avec "les propagandistes du Kremlin". Dans les jours qui ont suivi, Sergiy Tomilenko a été la cible de menaces en ligne (principalement des posts et des commentaires sur Facebook) appelant les services de sécurité ukrainiens à l'emprisonner.
Réponses de l'État
31 juil. 2018
Réponse du Gouvernement ukrainien
Suites données
06 juin 2018
Les journalistes et médias ukrainiens doivent pouvoir exprimer leurs opinions ouvertement et librement déclare le représentant de l'OSCE pour la liberté des médias
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link