13 juin 2019 Niv. 1
Aucune réponse
Création de l'alerte : 05 juin 2019 Fédération de Russie

Le journaliste d'investigation Ivan Golunov, connu pour ses enquêtes sur la corruption politique, a été arrêté pour "vente de drogues"

Source de la menaceEtatique
CatégorieDétention et emprisonnement de journalistes
Auteur Index AEJ CPJ FEJ/FIJ
Aucune réponse
Auteur Index AEJ CPJ FEJ/FIJ
Le 6 juin 2019, le journaliste d'investigation Ivan Golunov a été arrêté par la police et accusé de trafic de drogue. Golunov est journaliste au site d’information Meduza. Il est connu pour ses enquêtes sur la corruption politique et la criminalité dans la ville de Moscou. Meduza avait récemment reçu des menaces concernant un article qu'il poursuivait. Le 6 juin 2019, vers 14 h 30, Golunov devait rencontrer une de ses sources. Plusieurs policiers l'ont arrêté près de la station de métro Tsvetnoy Bulvar à Moscou et ont fouillé son sac à dos. Ils lui ont dit qu'ils avaient trouvé un emballage contenant quatre grammes de stimulant synthétique, la méphédrone. Golunov a nié que le colis lui appartienne, mais il a été arrêté et conduit au poste de police. Golunov aurait demandé que des écouvillons soient prélevés sur ses mains et ses ongles pour prouver qu'il n'avait pas été en contact avec la drogue, mais la police a refusé de le faire. La police a également refusé d'examiner de manière scientifique le sac à dos du journaliste. Dans une déclaration, la police a déclaré avoir trouvé plus de drogue et quelques balances dans son appartement et avoir ouvert une enquête criminelle. En cas de condamnation, Golounov pourrait être condamné à une peine de 20 ans maximum. Selon les informations reçues, Golunov aurait été privé de son droit d'appeler son avocat ou ses collègues plus de 12 heures après son arrestation. Il a également été agressé physiquement par la police lors de l'interrogatoire et la police a refusé d'appeler les médecins pour traiter les blessures qu'il avait subies. Le 7 juin 2019, des journalistes ont manifesté devant le quartier général de la police de la ville de Moscou pour protester contre la détention de Galunov. La police a par la suite commencé à arrêter les journalistes, dont douze ont été brièvement détenus avant d'être relâchés. Le directeur général et rédacteur en chef de Meduza a publié la déclaration suivante à la suite de l'arrestation de Golunov: «Nous sommes convaincus qu'Ivan Golunov est innocent. De plus, nous avons des raisons de penser qu'il est poursuivi pour son activité journalistique. [...] Meduza suivra de près toutes les actions des enquêteurs dans l'affaire Golunov. Nous découvrirons qui est à l'origine de la volonté de la poursuite - et nous rendrons cette information publique. Nous défendrons notre journaliste avec tous les moyens disponibles ».
Mises à jour
13 juin 2019
Le 12 juin 2019, une manifestation de solidarité avec Ivan Golunov a eu lieu à Moscou. Environ 1 200 manifestants sont descendus dans les rues pour marcher jusqu'au quartier général de la police de la ville, portant des pancartes et des t-shirts avec le slogan "Je suis/nous sommes Ivan Golunov". La marche, qui n'a pas reçu l'approbation préalable des autorités municipales, a été dispersée de force par la police anti-émeute. Plusieurs centaines de manifestants - probablement jusqu'à 549 - auraient été arrêtés par la police de Moscou. Une quarantaine de journalistes des médias russes et internationaux ont été arrêtés. Plusieurs journalistes ont déclaré avoir présenté leur carte de presse à la police au moment de leur détention. Les journalistes ont été détenus dans des commissariats de police pendant différentes périodes, allant parfois jusqu'à six heures. A 19h00, heure locale, la plupart des journalistes auraient été relâchés. La plupart ont été libéré sans inculpation, mais au moins trois journalistes - Ilya Azar, Elizaveta Nesterova et Evgeny Berg - ont été accusés de "participation à une action non autorisée qui a perturbé la circulation".
12 juin 2019
La police russe a abandonné toutes les charges retenues contre Ivan Golounov. Le ministre de l'Intérieur de la Fédération de Russie, Vladimir Kolokoltsev, a déclaré que la décision avait été prise en raison d'un manque de preuves. Kolokoltsev a également déclaré que certains des policiers impliqués dans cette affaire étaient temporairement relevés de leurs fonctions dans l'attente d'une enquête "visant à évaluer la légalité" de leurs actes. Il a déclaré qu'il envisageait de demander au président Vladimir Poutine de renvoyer deux autres responsables de la police. Golunov a été libéré d'assignation à domicile mardi soir.
10 juin 2019
Le 8 juin 2019, le tribunal de district Nikulino à Moscou a ordonné qu'Ivan Golunov reste en résidence surveillée jusqu'au 7 août 2019, dans l'attente de son procès.
Suites données
10 juin 2019
Le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe appelle le ministre de l'Intérieur de la Fédération de Russie "à remédier personnellement à cette situation".
07 juin 2019
Le Représentant de l’OSCE pour la liberté des médias se déclare profondément préoccupé par la détention du journaliste d’investigation Ivan Golunov en Russie et appelle les autorités à le libérer.
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link