26 sept. 2018 Niv. 2
Aucune réponse
Création de l'alerte : 26 sept. 2018 n° 106/2018 Bosnie-Herzégovine

Des policiers conseillent à une journaliste de “chercher sous son véhicule des objets suspects" suite à un article concernant le chef de la police

Source de la menaceEtatique
CatégorieHarcèlement et intimidation de journalistes
Auteur Index FEJ/FIJ
Aucune réponse
Auteur Index FEJ/FIJ
Plusieurs policiers ont conseillé à Milanka Kovačević, journaliste du site d'information Direkt-Portal.com, de «faire attention », « de ne pas marcher seule la nuit» et de «rechercher des choses suspectes sous son véhicule» après qu’elle ait écrit une série d'enquêtes sur des actes répréhensibles attribués à Žarko Laketa, chef du poste de police de la ville de Trebinje, en Bosnie-Herzégovine, a rapporté le site d'information Zurnal.info.

Selon Zurnal.info, lors des réunions de police, Laketa a demandé à ses officiers subalternes «qui est-elle ?» et «comment peut-elle écrire de telles choses ?».

Dans ses articles, Kovačević avait tenu Laketa pour responsable de népotisme, de manque de professionnalisme et de liens avec des groupes criminels de Trebinje, a rapporté le site d'information Gerila.info.

Après la publication des articles de Kovačević, Dragan Lukač, le ministre de l’Intérieur de la Republika Srpska - l’une des deux entités constitutionnelles de Bosnie-Herzégovine - a demandé à Laketa de porter plainte si ces allégations étaient fausses, selon Zurnal.info.

À la suite de cette intervention, Laketa a déposé le 3 septembre 2018 une action en diffamation contre Kovačević, réclamant environ 1 500 euros pour atteinte à sa réputation.

Dans une déclaration écrite, publiée par plusieurs médias, la subdivision de Banja Luka du syndicat des journalistes de Bosnie Herzégovine a condamné l'incident en déclarant qu '«une atmosphère a été créée dans laquelle les journalistes ont été qualifiés de cibles» et a averti que «la situation empire».
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link