06 déc. 2018 Niv. 2
Résolue
Création de l'alerte : 12 nov. 2015 n° 93/2015 France

Déprogrammation d’émissions et menaces de licenciements à la chaîne française Canal +

Source de la menaceNon-étatique
CatégorieAutres actes ayant des effets dissuasifs sur la liberté des médias
Auteur FEJ/FIJ Index
Auteur FEJ/FIJ Index
Le 23 septembre 2015, le collectif « Informer n’est pas un délit », la Société civile des auteurs multimédia (SCAM), l’Association du prix Albert Londres, les sociétés de journalistes de 13 médias, le Syndicat National des Journalistes (SNJ) et Reporters Sans Frontières (RSF) publiaient une lettre ouverte à destination du Conseil Supérieur de l’audiovisuel français (CSA) à la veille de l’audition de Vincent Bolloré, président du Conseil de surveillance de Vivendi, dont il est l’actionnaire principal, à qui appartient le groupe télévisuel Canal +. Les signataires de la lettre ouverte estiment que « le principe d’indépendance éditoriale des médias a été, à de multiples reprises, piétiné par l’actionnaire principal du Groupe Canal +, Vincent Bolloré. » Deux documentaires, l’un consacré au Crédit Mutuel, l’autre à Nicolas Sarkozy et François Hollande, ont été déprogrammés de la chaîne Canal + sans motifs. Un reportage d’ « Enquêtes de foot » sur l’Olympic de Marseille a été retiré du site internet. Un documentaire sur BNP Paribas, validé par le Comité d’investigation de Canal +, serait actuellement gelé. Après avoir exprimé des craintes sur l’indépendance éditoriale de la chaîne, deux membres de la rédaction (le rédacteur en chef adjoint du magazine Spécial Investigations, Jean-Baptiste Rivoire, et le réalisateur du Zapping, Patrick Menais) ont été convoqués "à un entretien préalable en vue d'un éventuel licenciement». La procédure a été suspendue au dernier moment.
Résolue
06 déc. 2018: En mai 2017, le ministre du Travail a annulé le licenciement de Patrick Menais, ancien directeur de "Zapping" sur Canal +. En avril 2018, Vincent Bolloré a quitté ses fonctions de Président du Conseil de surveillance de Canal+. Le 6 décembre 2018, les organisations partenaires de la Plateforme ont déclaré ce cas "résolu", concluant qu'il ne représentait plus une menace active à la liberté des médias.
Mises à jour
10 mai 2017
Le 10 Mai 2017, le licenciement pour « faute grave » en 2016 de Patrick Menais, ex-réalisateur du "Zapping" de Canal+, a été invalidé par le ministre de travail.
Réponses de l'État
Instruments du Conseil de l'Europe Clause de non-responsabilité
Clause de non-responsabilité
Ouvrir dans une nouvelle fenêtre show-link