Le service de presse du Premier ministre belge menace un journaliste

Aucune réponse
Année 12 oct. 2015 Pays Belgique Catégorie Harcèlement et intimidation de journalistes Source de la menace Etatique Auteur FEJ/FIJ Niveau d'alerte Niveau 2
12 oct. 2015 Belgique Harcèlement et intimidation de journalistes Etatique FEJ/FIJ Niveau 2
Aucune réponse

Alors qu'il couvrait la visite controversée du Président turc Erdoğan en Belgique, un journaliste de la télévision publique belge RTBF, Tristan Godaert, a fait l'objet de menaces répétées par l'attachée de presse et par le porte-parole du Premier ministre belge Charles Michel, le mardi 6 octobre 2015, au château de Val Duchesse. La scène a été enregistrée par la RTBF. Les membres du cabinet de M. Michel entendaient interdire la diffusion d'images montrant une discussion entre des membres du cabinet de M. Michel et l'attaché de presse de l'ambassade de Turquie à Bruxelles, suite à l'interpellation non prévue du président Erdoğan par une journaliste de la RTBF sur le sort du journaliste emprisonné en Turquie Mohammed Ismael Rasool. Tristan Godaert a été menacé à deux reprises de représailles, d'abord par l'attachée de presse de M. Michel, puis par son porte-parole.

CONTACTEZ NOUS

Suivez-nous   

Suites données aux alertes Suites données aux alertes

20 mars 2018

Le 20 mars 2018, la Grande chambre de la Cour européenne des droits de l'homme a rendu son jugement sur l'affaire Mehmet Altan. La Cour a conclu à l'existence d'une violation de l’article 5 § 1 (droit à la liberté et à la sûreté) et de l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention européenne des droits de l’homme. Concernant l’article 5 § 1, la Cour a jugé en particulier que "le maintien en détention provisoire de M. Altan après l’arrêt clair et non-ambigu de la Cour constitutionnelle du 11 janvier 2018 (...) ne peut pas être considéré comme 'régulier' ". La Cour a précisé que "le fait qu’un autre tribunal remette en question les compétences d’une cour constitutionnelle, dotée des pouvoirs de rendre des arrêts définitifs et contraignants concernant les recours individuels, va à l’encontre des principes fondamentaux de l’État de droit et de la sécurité juridique (...) qui sont les pierres angulaires des garanties contre l’arbitraire". Concernant l’article 10, la Cour juge en particulier qu’ "il n’y a aucune raison pour arriver à une conclusion différente de celle de la Cour constitutionnelle, laquelle a conclu que la mise et le maintien en détention provisoire de M. Altan, consécutifs à l’expression par ce dernier de ses opinions, sont une mesure lourde qui ne peut pas être considérée comme une ingérence nécessaire et proportionnée dans une société démocratique". À cet égard, la Cour a précisé, entre autres, que "le fait de formuler des critiques contre les gouvernements et le fait de publier des informations qui sont considérées comme dangereuses pour les intérêts nationaux par les leaders et dirigeants d’un pays ne doivent pas aboutir à la formulation d’accusations pénales particulièrement graves comme l’appartenance ou l’assistance à une organisation terroriste, la tentative de renversement du gouvernement ou de l’ordre constitutionnel ou la propagande du terrorisme".

20 mars 2018

Le 20 mars 2018, la Grande chambre de la Cour européenne des droits de l'homme a rendu son jugement sur l'affaire Şahin Alpay. La Cour a conclu à l'existence d'une violation de l’article 5 § 1 (droit à la liberté et à la sûreté) et de l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention européenne des droits de l’homme. Concernant l’article 5 § 1, la Cour a jugé en particulier que "le maintien en détention provisoire de M. Alpay après l’arrêt clair et non-ambigu de la Cour constitutionnelle du 11 janvier 2018 (...) ne peut pas être considéré comme 'régulier' ". La Cour a précisé que "le fait qu’un autre tribunal remette en question les compétences d’une cour constitutionnelle, dotée des pouvoirs de rendre des arrêts définitifs et contraignants concernant les recours individuels, va à l’encontre des principes fondamentaux de l’État de droit et de la sécurité juridique (...) qui sont les pierres angulaires des garanties contre l’arbitraire". Sous l’angle de l’article 46 (force obligatoire et exécution des arrêts) de la Convention, la Cour estime qu’il incombe à l’État défendeur d’assurer la cessation de la détention provisoire de M. Alpay dans les plus brefs délais. Concernant l’article 10, la Cour juge en particulier qu’ "il n’y a aucune raison pour arriver à une conclusion différente de celle de la Cour constitutionnelle, laquelle a conclu que la mise et le maintien en détention provisoire de M. Alpay, consécutifs à l’expression par ce dernier de ses opinions, sont une mesure lourde qui ne peut pas être considérée comme une ingérence nécessaire et proportionnée dans une société démocratique". À cet égard, la Cour a précisé, entre autres, que "le fait de formuler des critiques contre les gouvernements et le fait de publier des informations qui sont considérées comme dangereuses pour les intérêts nationaux par les leaders et dirigeants d’un pays ne doivent pas aboutir à la formulation d’accusations pénales particulièrement graves comme l’appartenance ou l’assistance à une organisation terroriste, la tentative de renversement du gouvernement ou de l’ordre constitutionnel ou la propagande du terrorisme".
Fil Twitter Fil Twitter
fiches thématiques fiches thématiques


Juillet  2018 Fiche thématique relative à la surveillance de masse (en anglais uniquement)


fiches thématiques fiches thématiques


Juillet  2018 Fiche thématique relative à la surveillance de masse (en anglais uniquement)


Partenaires Partenaires

CONTACTEZ NOUS

Suivez-nous