La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

Bienvenue à l’école

Promotion d’une approche interculturelle à l’école et participation des familles migrantes
Deux ans, de septembre 2015 à octobre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

Ce projet, qui s’inscrivait dans le cadre de la stratégie interculturelle de la ville, visait à introduire une approche interculturelle institutionnelle dans les établissements scolaires, de façon à favoriser l’intégration des familles nouvellement arrivées et les encourager à s’intéresser de plus près à la culture et à la langue basques. Il poursuivait les trois objectifs suivants :

  1. Inscrire une approche interculturelle dans les écoles en valorisant les différentes cultures qui y sont représentées, en travaillant avec tous les personnels scolaires, des directeurs aux enseignants, en passant par les psychologues, les élèves et le personnel non enseignant (surveillants, agents d’entretien, personnel de la cantine, etc.) pour que l’interculturalité soit prise en considération dans les écoles, les salles de classe et d’autres lieux, en menant des actions de sensibilisation et en mettant en œuvre des activités interculturelles dans les classes (axées sur des fêtes particulières, des récits oraux, des pays et cultures, la gastronomie, etc.).
  2. Soutenir les parents des enfants nouvellement arrivés en leur expliquant la vie de l’école, en les tenant informés et en les encourageant à participer aux réunions et activités, y compris en intervenant dans les classes pour raconter leur histoire ou prendre part à d’autres activités qui mettent en avant leur propre culture. Pour ce faire, chaque famille nouvellement arrivée est mise en contact avec une famille locale, qui l’aide à dissiper ses appréhensions et à se familiariser avec le fonctionnement et les pratiques de l’école. Ainsi, la famille locale devient la « famille accompagnante » (« familia laguna » en basque). Les deux familles passent du temps ensemble, rencontrent d’autres personnes dans l’école, ainsi que dans le quartier. Cette méthode est très efficace pour favoriser l’intégration des nouveaux arrivants dans les écoles, mais aussi dans le quartier et dans la ville, et pour les sensibiliser à leur droit à l’éducation et aux services publics.
  3. Encourager les familles nouvellement arrivées à apprendre le basque ou, au moins, à se familiariser avec certaines expressions. Pour favoriser leur participation, la ville propose une grande diversité de cours de basque gratuits ou peu coûteux. En outre, les familles migrantes sont encouragées par les familles locales à participer aux fêtes culturelles locales (telles que le concours de feux d’artifice au mois d’août, la journée des agriculteurs, etc.)

Ce programme a d’abord été mis en œuvre dans un premier établissement scolaire il y a deux ans, puis dans quatre autres écoles l’année dernière, auxquelles s’est ajoutée l’école Amara Berri en septembre 2017.

Initialement, ce service d’accompagnement était proposé par une association de parents, qui s’est constituée en entreprise en 2016. Certaines des « mères accompagnantes » sont des professionnelles et ont elles-mêmes vécu le processus de la migration.

Les écoles sont choisies pour participer au programme en fonction du taux d’élèves migrants parmi leurs effectifs. Celles dont le taux de nouveaux arrivants est supérieur à 50% ne peuvent pas en bénéficier car il faut pouvoir s’appuyer sur des familles locales pour mettre le programme en œuvre.

Par ailleurs, toutes les activités intègrent une perspective de genre, tant dans la façon dont elles sont présentées que dans leur mise en œuvre.

La ville procèdera à une évaluation des résultats de ce projet. Les 102 familles qui y ont participé au cours de l’année scolaire 2016-2017 l’ont évalué très positivement.

Cette initiative, en partie financée par le Gouvernement basque, a été mise en œuvre par la ville.


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter