La ville interculturelle construit ses politiques et son identité sur la reconnaissance explicite que la diversité peut représenter une ressource pour le développement de la société.

La première étape est donc l’adoption (et mise en œuvre) de stratégies visant à faciliter les rencontres et les échanges interculturels positifs, et promouvoir la participation active des résidents et des communautés dans le développement de la ville, en répondant aux besoins d’une population diverse. Le modèle politique d’ « intégration interculturelle » est étayé par de très nombreuses données issues de la recherche, des instruments juridiques internationaux variés, et de l’ensemble des contributions des villes membres du programme des Cités interculturelles, qui partagent leurs exemples de bonnes pratiques sur la gestion de la diversité, la résolution des conflits éventuels, et les bénéfices de l’avantage de la diversité.

Cette section offre des exemples d'approches interculturelles tendant à faciliter l'élaboration et mise en œuvre de stratégies interculturelles.

Retour

L’Alliance économique tripartite

Une alliance conclue entre Auckland (Nouvelle Zélande), Guangzhou (Chine) et Los Angeles (EUA) pour des échanges commerciaux et des investissements de grande envergure qui favorisent parallèlement les relations interculturelles.
A compter de 2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF

L’Alliance économique tripartite conclue entre Auckland et deux de ses principales villes partenaires à l’international, à savoir Guangzhou et Los Angeles, offre aux entreprises, aux entrepreneurs et aux investisseurs basés à Auckland d’importantes opportunités d’échanges commerciaux et d’investissements. Parallèlement, elle permet à la ville de renforcer ses relations interculturelles.

Un sommet tripartite est organisé chaque année. L’édition de 2017, qui avait pour thème « Converging Innovation and Business Opportunities » (Convergence de l’innovation et des opportunités commerciales), était axé sur les secteurs suivants :

  • la production de pointe ;
  • la création numérique ;
  • l’innovation dans le secteur de l’alimentaire ;
  •  l’éducation ;
  • la bio-médicine ;
  • la conception et l’aménagement du territoire ;
  • le tourisme ;
  • le e-commerce.

La participation des Maoris et leurs activités font partie intégrante du développement économique d’Auckland, et elles sont fondamentales pour la réussite de l’Alliance, en particulier en termes de marque, de visibilité, de compétences, d’investissements et de développement commercial. L’entreprise maorie « Whānau Tahi », par exemple, a participé au Sommet de 2015, ce qui lui a permis de développer son rayonnement et ses activités commerciales à l’international en concluant des accords formels avec des agences des Premières nations/peuples autochtones dans le secteur de la santé en Amérique du Nord.

L’Alliance tripartite a aussi été le premier accord international qu’Auckland a signé en langue maorie (te reo).


Filtres par Filtres par
Topic
Anti-discrimination et égalité
Anti-rumeur
Entreprises et emploi
Communication et sensibilisation du public
Culture, loisirs et patrimoine
Développer une culture de l’ouverture et de l’interculturel
Education
Égalité des sexes et intersectorialité
Santé, Sécurité sociale et soutien aux familles
Logement et urbanisme
Leadership et engagement politique
Médiation et résolution des conflits
Multilinguisme
Participation politique et publique
Services publics et de proximité
Réfugiés
Religion et dialogue interreligieux
Roms
Sécurité et justice
Accueil et intégration sociale
Pays
Australie
Autriche
Canada
Croatie
Chypre
Danemark
France
Allemagne
Grèce
Islande
Irlande
Israël
Italie
Japon
Pays-Bas
Nouvelle Zélande
Norvège
Portugal
Serbie
Espagne
Suède
Suisse
Ukraine
Royaume-Uni
Année
2015
2016
2017
2018
2019
2020
2021
Reset Filter