Retour

Gerhard Ermischer, Président de la Conférence des OING, condamne les récentes violations des droits de l’homme au Bélarus

Strasbourg 26 mai 2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Gerhard Ermischer, Président de la Conférence des OING, condamne les récentes violations des droits de l’homme au Bélarus

La Conférence des OING du Conseil de l'Europe dénonce les actions du gouvernement du Bélarus qui a forcé un vol Ryanair à changer de route et à atterrir à Minsk afin de saisir Roman Protasevich, un jeune journaliste, et sa compagne, Sofia Sapéga. Les États membres du Conseil de l'Europe, attachés à la démocratie, aux droits de l'homme et à l'État de droit, doivent prendre des mesures pour que Roman Protasevich et Sofia Sapéga soient immédiatement libérés et que leur liberté de mouvement soit garantie. Il incombe toujours aux États membres du Conseil de l'Europe de faire respecter les droits de l'homme de toutes les personnes relevant de leur juridiction, que ce soit sur terre, en mer ou dans les airs, et de tenir le gouvernement du Bélarus pour responsable de ces actes.

Il est clair que cet acte vise à intimider l'opposition biélorusse et à envoyer le signal que les journalistes ou les dissident.e.s ne sont en sécurité nulle part, pas même lorsqu'ils bénéficient de l'asile dans un pays de l'UE. Nous, la Conférence des OING du Conseil de l'Europe, sommes solidaires de la courageuse société civile du Bélarus et de son droit à la liberté de réunion, d'association et d'expression.

Nous apprécions les actions immédiates prises par l'UE et les intentions déclarées des pays démocratiques d'imposer des sanctions et des conséquences sévères pour ces crimes. Nous saluons tous ceux qui agissent pour montrer leur soutien au peuple de Bélarus dans sa lutte pour la démocratie et les droits de l'homme. Nous soutenons en outre la déclaration du Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic, sur la situation en Bélarus : Les violations des droits de l’homme au Bélarus doivent cesser immédiatement.