Retour

Le Conseil de l'Europe continue ses efforts pour renforcer la coopération internationale contre le terrorisme, y compris le bioterrorisme

strasbourg 06/04/2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Le Conseil de l'Europe continue ses efforts pour renforcer la coopération internationale contre le terrorisme, y compris le bioterrorisme

La pandémie de Covid-19 a démontré la vulnérabilité des sociétés modernes aux infections virales et leur potentiel de perturbation. L'utilisation intentionnelle d'un agent pathogène ou d'un autre agent biologique à des fins terroristes peut s'avérer très efficace et causer des dommages - tant humains qu'économiques - à une échelle beaucoup plus grande que les attaques terroristes «traditionnelles», paralysant les sociétés pendant des périodes prolongées, semant la peur et la méfiance bien au-delà des communautés immédiatement touchées.

La réponse au bioterrorisme doit toujours être coordonnée. Elle doit mobiliser un large éventail de ressources humaines et matérielles et nécessite donc une action interinstitutionnelle des Etats membres du Conseil de l'Europe. La multiplicité et la variété des intervenants nécessitent une interconnexion des systèmes de communication, outils indispensables à la gestion des crises. Contrairement au développement d'exercices dans le domaine nucléaire, il y a encore peu de retour d'expérience dans le domaine biologique. La formation des acteurs de la sécurité civile et de la santé sur différents types de scénarios est un élément fondamental de la mise en œuvre effective d'un plan de lutte contre les attaques biologiques. La réponse devrait également inclure un suivi sanitaire et juridique basé sur un système de surveillance commun capable de détecter les cas suspects, de signaler toute situation clinique anormale, grave ou inhabituelle et / ou d'élaborer des guides d'investigation épidémiologique.

Tous les pays sont vulnérables face au bioterrorisme. Ses dégâts sont rapides et potentiellement mondiaux. Il est nécessaire de renforcer les mesures de prévention du bioterrorisme par une intervention interinstitutionnelle compétente et une coopération internationale efficace. Le Comité du Conseil de l'Europe contre le terrorisme (CDCT) ne dispose actuellement d'aucune preuve concrète d'un risque élevé d'attaque bioterroriste, en raison de la pandémie. Toutefois, les experts continueront de travailler avec tous nos États membres pour élaborer des normes juridiques communes, faciliter les contacts entre les autorités compétentes et organiser une réponse coordonnée et renforcée aux menaces émergentes, y compris celles posées par le bioterrorisme.


Nous promouvons, protégeons et développons les droits de l'homme et la justice par l'élaboration de normes, le suivi des engagements et la coopération

SaveSave

Actualités Actualités