Retour

Transparence du financement politique en Suisse : le groupe anti-corruption du Conseil de l’Europe déplore l’absence de progrès

Strasbourg 10/08/2018
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Transparence du financement politique en Suisse : le groupe anti-corruption du Conseil de l’Europe déplore l’absence de progrès

Dans un rapport publié aujourd’hui, le groupe anti-corruption du Conseil de l’Europe (GRECO) estime que la Suisse n’a pas réalisé de progrès dans la mise en œuvre de ses recommandations relatives à la transparence du financement des partis politiques (voir également les versions allemande et italienne du rapport).

En effet, le GRECO regrette que le gouvernement fédéral maintienne sa position de ne pas légiférer sur la transparence du financement des partis politiques et des campagnes électorales.

Le rapport conclut que la Suisse a mis en œuvre de façon satisfaisante cinq recommandations sur onze, à savoir toutes celles sur les incriminations et aucune sur la transparence du financement politique.

Personne de contact : Estelle Steiner, Attachée de presse, tél. +33 3 88 41 33 35


La lutte contre la corruption: une priorité pour le Conseil de l'Europe

 

Depuis l’Antiquité, la corruption est l’un des maux de société les plus répandus et les plus insidieux. Lorsqu’elle implique des agents publics et des représentants élus, elle nuit à l’administration des affaires publiques. Depuis la fin du XIXe siècle, elle est également perçue comme une menace majeure pour le secteur privé, car elle sape la confiance nécessaire au maintien et au développement des relations sociales et économiques. Selon les estimations, le montant des transactions liées à la corruption serait de l’ordre de centaines de milliards d’euros chaque année. (suite...)

Le mot du Président du GRECO

Bienvenue devant cette fenêtre sur le monde du GRECO!
Je vous invite à l’utiliser pour y découvrir le travail que nous faisons avec nos 49 Etats membres. Nous employons une dynamique d’expertise collective et de pression par les pairs pour obtenir de chaque gouvernement qu’il dresse des barrières durables contre la corruption et traduise en justice ceux qui exploitent leur position à des fins d’intérêt personnel au détriment de la société dans son ensemble.

Que l’on soit inspiré par les travaux du GRECO, par ceux d’autres acteurs de l’anti-corruption ou par nos propres expériences et principes, chacun de nous a un rôle à jouer pour changer les mentalités en faveur d’une tolérance zéro pour la corruption.

Membres du Bureau du GRECO

Le Jeudi, 29 novembre 2016, le GRECO a élu Marin MRČELA (Croatie) en tant que Président et Agnès MAITREPIERRE (France) en tant que Vice-Présidente. Helena LIŠUCHOVÁ (République tchèque), Aslan YUSUFOV (Fédération de Russie), Vita HABJAN BARBORIČ (Slovénie), Ernst GNÄGI (Suisse), David MEYER (Royaume-Uni) ont été élus pour siéger au Bureau pour la durée du 5e cycle d’évaluation qui commence en 2017.

Le 21 mars 2019, Monica OLSSON (Suède) a été élue en remplacement de Helena LIŠUCHOVÁ (République Tchèque) suite à un changement de fonctions.

Save
Save
Save

Le Groupe d’Etats contre la corruption (GRECO)

Résolus à lutter contre la corruption

www.coe.int/greco

 

 Recherche