Retour

La coopération coordonnée interinstitutionnelle en Azerbaïdjan

Bakou 22/11/2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
La coopération coordonnée interinstitutionnelle en Azerbaïdjan

Pendant deux jours, les 3 et 4 novembre 2022, 15 participantes et participants ont reçu les outils essentiels pour rédiger un plan de coopération coordonnée interinstitutionnelle pour lutter contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique. Ces sessions de renforcement des capacités ont fait suite aux deux sessions initiales qui ont eu lieu en octobre.

Des représentant·e·s du Comité d'État pour les affaires de la famille, des femmes et des enfants, du bureau du Médiateur, du ministère de la Justice, du ministère du Travail et de la protection sociale de la population, du ministère de l’Intérieur et de la société civile y ont pris part. Durant ces deux jours, les échanges ont porté sur les conditions préalables au travail interinstitutionnel, sur les rôles des différentes agences et parties prenantes, sur les activités, structures, et fonctions ainsi que sur la coopération. Il a également été question de la coopération en matière de collecte de données. À l'issue de ces discussions, l'experte préparera un projet de plan de coopération coordonnée interinstitutionnelle couvrant l’ensemble des commentaires et suggestions des participantes et participants.

Ces journées ont été planifiées en conformité avec les normes internationales, notamment avec l'article 15 de la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique (Convention d'Istanbul), qui encourage la formation des professionnel·les pertinent·es ayant affaire aux victimes ou aux auteurs de violences sur la coopération coordonnée interinstitutionnelle «afin de permettre une gestion globale et adéquate des orientations dans les affaires de violence».

Ces sessions de renforcement des capacités ont été organisées au titre du projet "Sensibilisation à la Convention d'Istanbul et à d'autres normes d'égalité de genre en Azerbaïdjan", financé par l'Union européenne et le Conseil de l'Europe et mis en œuvre par le Conseil de l'Europe dans le cadre du Partenariat pour une bonne gouvernance (PGG II).