Retour

Sécurité des journalistes, meilleures recommandations internationales et nouvelle réglementation ukrainienne

un Webinaire pour les médias en Ukraine concernant la pandémie de COVID-19
Strasbourg 14 avril 2020
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Sécurité des journalistes, meilleures recommandations internationales et nouvelle réglementation ukrainienne

Quel est l'impact de la quarantaine COVID-19 sur le travail des médias ? Quelles sont les recommandations internationales actuelles sur la sécurité des médias (y compris les mesures visant à garantir la sécurité et la santé des journalistes qui couvrent les événements) ? Quelles sont les violations les plus répandues de la liberté d'expression et les menaces à la sécurité des journalistes pendant la pandémie ? Quelles sont les nouvelles réglementations ukrainiennes en matière de quarantaine envisagées pour les médias et les journalistes ? Ces questions ont été abordées lors d'un webinaire organisé par le projet conjoint « L'UE et le Conseil de l'Europe travaillant ensemble pour soutenir la liberté des médias en Ukraine » (JP-Media) le 9 avril et a rassemblé environ 25 participants de toute l'Ukraine, des rédacteurs en chef et des journalistes de médias régionaux.

Le conseiller sur la question de la sécurité des journalistes auprès du Comité pour la protection des journalistes (CPJ - partenaire de la Plateforme du CdE sur la sécurité des journalistes), une ONG indépendante qui défend la liberté de la presse et protège les droits des journalistes, David Oades, a fait une présentation sur les recommandations du CPJ concernant la sécurité du fonctionnement des médias et les mesures visant à garantir la santé et la sécurité des journalistes couvrant la pandémie COVID-19 et a répondu à un certain nombre de questions pratiques des participants.

Gulnoza Said, coordinateur des programmes du CPJ en Europe et en Asie centrale, a déclaré que la pandémie de coronavirus a créé des défis mondiaux pour la liberté de la presse, en particulier dans les pays où la démocratie est fragile. Souvent, les journalistes ne peuvent pas travailler en raison d'une mise en quarantaine ou d'un accès restreint aux institutions publiques. En outre, il y a eu des problèmes financiers, notamment les petits médias locaux qui ont cessé de recevoir des fonds de leurs annonceurs. Mme Said a également souligné que le CPJ fournit et paie une assistance juridique aux journalistes si leurs droits sont violés.

Le consultant du Conseil de l'Europe, Liudmyla Opryshko, juriste ukrainienne spécialisée dans les médias, a présenté la situation dans le « contexte ukrainien » - précisément ce que la réglementation ukrainienne en matière de quarantaine prévoit pour les médias et les journalistes. Elle a fait remarquer qu'il existe actuellement deux régimes en Ukraine : l'urgence et la quarantaine. En mars, deux nouvelles lois ont été adoptées en Ukraine concernant les mesures de lutte contre la pandémie COVID-19. L'expert a également souligné que les journalistes ont le droit de se déplacer librement sur le territoire de l'Ukraine et de remplir leurs fonctions professionnelles, même en cas d'urgence.

Le 10 avril, JP-Media a organisé un autre webinaire « Ce qui peut être amélioré pendant la quarantaine : des idées pour le télétravail. Projets spéciaux », où le formateur, Kostantin Grigorenko, a présenté aux participants de nouvelles idées sur la façon d'améliorer le travail des médias pendant la période de quarantaine.


Following the decision of the Committee of Ministers on 16 March 2022 the Russian Federation is no longer a member of the Council of Europe. The website will be updated as soon as possible to take account of this development.

« Toute personne a droit à la liberté d’expression »

Art. 10 de la Convention européenne des droits de l’homme

 

 Recherche

nous suivre nous suivre