Le Comité directeur pour les politiques et pratiques éducatives (CDPPE) supervise les programmes du Conseil de l’Europe dans le domaine de l’éducation et conseille le Comité des Ministres sur les questions éducatives.


Les gouvernements des 50 États parties à la Convention culturelle européenne sont représentés au sein du CDPPE par des hauts fonctionnaires de l’enseignement général et de l’enseignement supérieur. Plusieurs ONG actives dans le domaine de l’éducation ont le statut d’observateur auprès du CDPPE
 

Tâches du CDPPE

  • Favoriser l’échange d’idées, d’informations et de bonnes pratiques entre ses membres sur les questions d’éducation.
  • Promouvoir et faciliter la coopération et la compréhension entre les États membres.
  • Promouvoir des réformes des politiques et des systèmes éducatifs dans le but de développer davantage les compétences et la participation démocratiques, ainsi que l’Espace européen de l’enseignement supérieur.
  • Conseiller les décideurs politiques et les professionnels de l’éducation dans les États parties à la Convention culturelle européenne sur la mise en oeuvre de politiques éducatives conformément au programme d’activités adopté par le Comité des Ministres.
  • Élaborer des recommandations et autres instruments permettant aux États parties à la Convention culturelle européenne de concevoir des politiques éducatives conformes aux principes et normes de l’Organisation, et de les mettre en oeuvre.
  • Fournir aux États membres un cadre de référence pour les compétences nécessaires à une culture de la démocratie en vue d’évaluer les réalisations des apprenants dans les domaines de la citoyenneté, des droits de l’homme et du dialogue interculturel, et pour, ce faisant, permettre aux États membres d’évaluer l’efficacité de leurs programmes d’enseignement et de formation en la matière.
  • Promouvoir une éducation de qualité au moyen d’actions spécifiques relevant des politiques éducatives afin de favoriser des environnements d’apprentissage sûrs pour tous, mais aussi l’inclusion ociale, l’égalité entre les femmes et les hommes et la non-discrimination dans le secteur de l’éducation.
  • Concevoir des actions spécifiques en coopération avec les mécanismes conventionnels pertinents pour la mise en oeuvre effective du droit à l’éducation pour tous et la promotion de mesures adaptées en faveur des groupes vulnérables.