Retour

Le "travail de jeunesse", un gage de cohésion sociale

Commission des questions d'actualité Bruxelles, Belgique 6 Juin 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Le

“Les jeunes sont les moteurs du changement et des acteurs clés de nos sociétés. Mais ils ont besoin d’aide pour déclencher leur plein potentiel” a souligné Thomas Andersson, porte-parole du Congrès pour la jeunesse, le 6 juin 2019, lors de la conférence « L'Europe devient locale, en soutenant le travail de jeunesse au niveau municipal », à Bruxelles, Belgique. La conférence est organisée par le JINT, le centre flamand de connaissances pour la mobilité internationale des jeunes et la politique internationale de la jeunesse et agence nationale pour le programme Jeunesse en action de la Commission européenne.

« Interagir avec les jeunes, les autonomiser et améliorer leur développement personnel et social sont au cœur de ce que l'on appelle le "travail de jeunesse", » a souligné Thomas Andersson. Les autorités locales ont un rôle déterminant à jouer à cet égard en garantissant l’exercice des droits sociaux des jeunes, par exemple à travers des mesures de soutien à l'emploi ou la prévention de la violence à caractère sexiste chez les jeunes. Inclure les jeunes dans le processus de prise de décision est justement l’objectif de l’initiative du Congrès « Rajeunir la politique » qui permet à des jeunes délégués des 47 Etats membres de participer à ses débats aux côtés des élus locaux et régionaux.

Thomas Andersson a également évoqué la Charte européenne du travail local de jeunesse qui sera lancée à l’occasion de cet événement et qui propose des lignes directrices concrètes en la matière. L’objectif de cette Charte, conformément à la Recommandation du Conseil de l'Europe adoptée en 2017, est d’augmenter la qualité du travail local de jeunesse et d’impliquer les jeunes de façon croissante dans l’évaluation des initiatives. “Le travail de jeunesse apportera un véritable changement au niveau local” a conclu Thomas Andersson.