Retour

Tunisie, UE et Conseil de l’Europe : bilan de la deuxième phase du programme « Gouvernance démocratique dans le Sud de la Méditerranée »

SUD-MED Tunis, Tunisie 21 novembre 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Tunisie, UE et Conseil de l’Europe : bilan de la deuxième phase du programme « Gouvernance démocratique dans le Sud de la Méditerranée »

La réunion du Comité de Pilotage bilatéral du Programme Sud II s'est tenue le 21 novembre 2017 à Tunis. Elle a permis aux participants tunisiens, représentants de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe de dresser le bilan des accomplissements de la deuxième phase de ce programme financé par l'Union européenne et mis en œuvre par le Conseil de l'Europe.

Intervenant lors de la session consacrée à la démocratie locale, Xavier CADORET, Vice-Président du Congrès, a présenté les activités développées par le Congrès dans la cadre de son programme de partenariat SUD-MED en Tunisie ainsi que les projets d'activités futures. M. CADORET a ajouté que le Congrès, ses membres ainsi que son Groupe d’Experts Indépendants sur la Charte européenne de l’autonomie locale étaient prêts à poursuivre leur soutien pour accompagner la Tunisie sur la voie de sa décentralisation.

Les propositions d'activités futures du Congrès comprennent notamment un volet d'assistance législative et électoral - dans la perspective des élections municipales prévues le 25 mars 2018 -, des activités de formation et de renforcement des compétences des candidat(e)s aux élections et des futur(e)s élu(e)s, ainsi qu'un soutien renforcé à l'association tunisienne des pouvoirs locaux, la FNVT.

Lors de la session sur la démocratie locale, Mokhtar HAMMAMI, Président de l'instance de Prospective et d'Accompagnement du Processus de Décentralisation, a salué l'aide apportée par le Congrès, rappelant que "la décentralisation est un long processus qui nécessite une vision à moyen et long termes". Il a également souligné que pour que la décentralisation puisse jouer son rôle de levier fondamental de la démocratie locale, "l'arsenal juridique développé doit être accompagné de moyens humains et financiers".