Retour

Robin Balzereit : « Par la participation politique, les jeunes peuvent défendre leurs intérêts »

Centre européen de la jeunesse Strasbourg, France 18 septembre 2019
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Robin Balzereit : « Par la participation politique, les jeunes peuvent défendre leurs intérêts »

Un symposium intitulé « L'avenir de la participation politique des jeunes : questions, défis et opportunités » se tient au Centre européen de la jeunesse de Strasbourg (CEJS) du 18 au 20 septembre 2019. Organisé par le partenariat jeunesse Commission européenne - Conseil de l'Europe, l'événement vise à explorer les tensions actuelles et les opportunités concernant la participation politique des jeunes dans un monde en mutation.

Intervenant à l’ouverture du symposium, Robin Balzereit (Allemagne), jeune délégué auprès du Congrès, a informé les participants de l’initiative du Congrès « Rajeunir la politique » qui, depuis 2014, vise à promouvoir la participation des jeunes à la vie publique et au processus de décision aux niveaux local et régional. Ainsi, chaque année, des jeunes issus des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe sont invités à participer aux sessions et aux débats du Congrès.

« C’est un exemple concret d’initiative qui permet aux jeunes de se faire entendre au niveau européen et de défendre leurs intérêts », a-t-il déclaré, rappelant que les jeunes générations sont les plus affectées par les décisions prises aujourd'hui dans des domaines aussi importants que le changement climatique.

Le Congrès est convaincu que c'est aux niveaux local et régional qu'une culture de participation des jeunes peut le mieux s'enraciner et prospérer, comme l'affirme la Charte européenne révisée sur la participation des jeunes à la vie locale et régionale. « Bien qu’il reste encore des progrès à faire dans le domaine de la participation des jeunes à tous les niveaux, l’initiative du Congrès va dans le sens d’une meilleure représentation des jeunes en politique », a conclu M. Balzereit.