Retour

Gudrun Mosler-Törnström: "Nous ne devons plus accepter aucune forme de violence contre les femmes"

Présidence Strasbourg, France 25 November 2017
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Gudrun Mosler-Törnström:

"2017 a été une année d'attention accrue des médias à l’égard des abus sexuels sur les femmes dans de nombreux pays. Les appels à l'action tels que la campagne #MeToo sur les médias sociaux ont montré que les femmes sont prêtes à s'exprimer. Nous, décideurs politiques, devons plaider en faveur d'un véritable changement culturel pour lutter contre les comportements violents à l’égard des femmes et reconnaître leur place dans nos sociétés", a déclaré Gudrun Mosler-Törnström, Présidente du Congrès et Vice-Président du Parlement de Salzbourg à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le 25 novembre 2017. «Les collectivités locales, du fait de leurs responsabilités, notamment dans le domaine des politiques sociales, doivent susciter et accompagner un tel changement», a-t-elle ajouté.

Mme Mosler-Törnström a également appelé les autorités locales et régionales à faire pression sur leurs gouvernements afin qu’ils signent et ratifient – lorsqu’ils ne l'ont pas encore fait - la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la répression de la violence domestique, dite Convention d'Istanbul, ratifiée à ce jour par 27 des 47 Etats membres.

 

 

Textes du Congrès sur le droit des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes: