Retour

Les Etats membres devraient donner le droit, l'espace, les moyens, l'opportunité, le soutien et la protection pour assurer la participation politique des jeunes issus de minorités nationales à tous les niveaux

Strasbourg 20 septembre 2021
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Les Etats membres devraient donner le droit, l'espace, les moyens, l'opportunité, le soutien et la protection pour assurer la participation politique des jeunes issus de minorités nationales à tous les niveaux

Le 15 juin 2021, le Comité directeur sur l’anti-discrimination, la diversité et l’inclusion (CDADI), pendant sa troisième réunion plénière, a adopté une Étude sur la participation politique active des jeunes issus de minorités nationales dans les États membres du Conseil de l’Europe.

Cette étude avait comme objectif d'identifier les bonnes pratiques dans les Etats membres en matière de participation politique active des jeunes issus de minorités nationales, d'explorer les lacunes dans ce domaine et de faire des recommandations sur cette base afin de mieux soutenir la participation politique effective des jeunes issus de minorités nationales, de protéger les personnes issues de minorités nationales et à la diversité culturelle, et de promouvoir l'interaction entre tous les membres de la société.

La méthodologie et le cadre de l'étude reposaient sur deux questionnaires - l'un adressé aux Etats membres et l'autre aux organisations de la société civile promouvant la participation des jeunes issus de minorités nationales - et des groupes de discussion. Les deux questionnaires visaient à faire le point sur la situation, à dégager des tendances et à identifier les bonnes pratiques ainsi que les difficultés et les obstacles entravant la participation politique active des jeunes appartenant aux minorités nationales. Au total, 33 États membres et quelques 80 organisations de la société civile ont soumis des contributions.

La participation des jeunes appartenant aux minorités nationales ne peut être effective que lorsque les personnes ont le droit, la place, les possibilités, les moyens et le soutien voulu pour participer, que leur droit à la participation est protégé, et que les États prennent des mesures pour créer ces conditions. Sur la base des bonnes pratiques fournies par les États membres et les organisations de la société civile, l'étude formule plusieurs conclusions et recommandations, parmi lesquelles :

  • Les États membres devraient garantir le droit à la participation politique active des jeunes appartenant aux minorités nationales et envisager de l’inscrire dans une loi, par exemple sur les droits des enfants et des jeunes ou sur les droits des personnes appartenant à des minorités nationales, lorsque ces lois existent. Les jeunes appartenant aux minorités nationales devraient participer effectivement à l’élaboration et à la modification de cette législation.
  • Les États membres devraient continuer à soutenir la participation effective et significative des jeunes appartenant aux minorités nationales à la vie politique et publique des jeunes et des minorités, à tous les niveaux.
  • Les parlements nationaux, les pouvoirs locaux et les partis politiques devraient offrir un espace permettant la participation des jeunes appartenant aux minorités, notamment en favorisant une grande diversité en leur sein et en intégrant les perspectives des jeunes appartenant aux minorités nationales dans leurs travaux.
  • Les États membres devraient poursuivre les activités de renforcement des capacités ciblant les enseignants, les animateurs de jeunesse, les experts en politique de jeunesse, les décideurs et les autorités publiques et es autres professionnels travaillant avec les jeunes appartenant aux minorités nationales ou encourageant leur participation politique.
  • Les États membres devraient continuer à fournir aux jeunes des minorités nationales et à leurs organisations des ressources humaines et financières adéquates et durables. Des mesures positives devraient être prises en compte dans le cadre du financement, et pourraient inclure la priorisation des projets de jeunes appartenant aux minorités nationales dans le domaine de la jeunesse et dans celui des minorités nationales.
  • Les perspectives des jeunes appartenant aux minorités nationales devraient être incluses à la fois dans les politiques de jeunesse et dans les politiques d’intégration et d’inclusion des minorités nationales. Les jeunes appartenant aux minorités nationales devraient participer à la planification, à la mise en œuvre et à l’évaluation de ces politiques.

L'étude a été présentée au public lors de la conférence “Conférence sur le rôle des ONG et des instituts de recherche dans la promotion des droits des minorités nationales” que le Conseil de l'Europe et les autorités hongroises ont organisée le 7 septembre 2021 au Centre européen de la jeunesse à Budapest.