Retour

Chypre - Semaine de sensibilisation (2018)

Chypre - Semaine de sensibilisation (2018)

Contexte, initiateur et participants

Une semaine de sensibilisation est organisée chaque année à Chypre. En 2018, elle était placée sous le thème des dimensions bioéthiques du vieillissement. Une conférence de presse a accompagné le lancement de la manifestation, organisée sous les auspices du Président de la République, du ministre de la Santé et du ministre du Travail et des Affaires sociales de Chypre.

Objectif : La semaine de sensibilisation a un double objectif : i) informer le public des développements de la bioéthique et ii) informer les décideurs politiques des enjeux soulevés par le débat public et de la nécessité d’un dispositif de gouvernance face à ces enjeux.


Méthode

La semaine de sensibilisation 2018 comprenait un large éventail d’activités, dont :

  • une exposition de photos sur la vieillesse,
  • une table ronde avec le président de la Chambre des représentants et les membres des commissions parlementaires sur : i) les droits de l’homme, ii) la santé, et iii) les questions juridiques ;
  • une table ronde avec le Commissaire à la protection des données à caractère personnel et le Commissaire à l’administration et aux droits de l’homme (médiateur) ;
  • un séminaire sur le thème de l’intégration sociale et de la vulnérabilité ;
  • une table ronde sur la mort et le deuil ;
  • un atelier intitulé « Prendre des décisions dans des situations de dilemme éthique – La fin de vie » ;
  • un atelier sur « L’éthique et la déontologie médicale dans la pratique quotidienne en gériatrie » ;
  • un Code de déontologie journalistique – Code de conduite pour les journalistes et les médias concernant les personnes âgées ;
  • un atelier sur « L’éthique et les enjeux éthiques de la pratique dentaire chez les personnes âgées » ;
  • un séminaire sur « L’éthique et la déontologie en pharmacie concernant les personnes âgées » ;
  • un séminaire sur « Les options thérapeutiques pour faire face à la dépendance à Chypre » ;
  • une conférence destinée aux étudiants en médecine sur « Les obligations éthiques en médecine – Apprendre du passé et préparer l’avenir. Qu’estce qui change dans l’éthique de la réanimation ? La bioéthique des nouvelles techniques chirurgicales » ;
  • un atelier intitulé « Déontologie et éthique dans la recherche éducative : le cas des étudiants participants » ;
  • débats d’étudiants en médecine sur : i) les implications morales, politiques et sociales des problématiques de fin de vie ; ii) les aspects médicolégaux des abus sexuels commis à l’encontre de personnes âgées ;
  • une conférence intitulée « Programmes intergénérationnels : garder les seniors jeunes, rendre les jeunes plus sages ».

Le Comité national de bioéthique de Chypre (CNBC) a organisé une table ronde de sensibilisation concernant le vieillissement et les personnes âgées, à laquelle ont participé des experts, des décideurs politiques et des acteurs concernés tels que le Parlement des anciens de Chypre et l’Observatoire des personnes âgées de Chypre (ONG). Cette initiative visait le grand public. La réflexion portait sur deux questions primordiales : i) le niveau des soins dispensés dans les maisons de retraite et la qualité des contrôles effectués par le Département du bien-être social (rattaché au ministère du Travail, de l’Aide sociale et de la Sécurité sociale) ; ii) les conditions de vie dans les maisons de retraite à Chypre (publiques et privées). Le débat, qui s’adressait également au grand public, a révélé les problèmes suivants dans les établissements pour personnes âgées :

  • le personnel ne fait pas de rondes régulières la nuit pour vérifier que tout se passe bien, souvent en raison d’un souseffectif ;
  • les maisons de retraite manquent de personnel soignant qualifié ;
  • il est nécessaire de mettre en place une protection plus efficace et adaptée des personnes âgées contre toute forme d’abus et de maltraitance ;
  • des inspections doivent être effectuées par les autorités compétentes ;
  • les plaintes des pensionnaires doivent être mieux traitées.

La conclusion de la table ronde est qu’un changement de politique s’impose. Des instructions ont été données aussitôt pour modifier les lois en vigueur concernant la qualité des soins infirmiers à Chypre (dans les établissements pour personnes âgées, publics et privés).


Éléments notables et enseignements à tirer

Le débat public peut être un outil très précieux pour informer l’opinion des grands enjeux et des décisions à prendre, en amont de l’élaboration des politiques. Le recours à des méthodes variées de participation a permis d’associer autant de personnes que possible au processus. Ciblant un large éventail de bénéficiaires (le grand public, les lycéens, les seniors, les étudiants en médecine, les chercheurs et les professionnels de santé), les activités ont été très bien accueillies et ont bénéficié d’une large couverture médiatique, aussi bien à la télévision que dans les journaux et les médias électroniques.

Un facteur clé a été l’ouverture du débat. Cela a permis des échanges de vues entre des participants bien informés sur les défis à relever, qui ont pu exprimer librement leurs opinions en présence de représentants des décideurs politiques. Les conclusions qui se sont dégagées ont incité le gouvernement à revoir les lois concernant les personnes âgées. En particulier, le débat sur la prise en charge des personnes âgées a eu un impact direct sur la gouvernance. Le CNBC s’est vu confier un mandat ministériel pour mener une enquête sur les établissements publics et privés en vue de revoir les lois en vigueur, afin de garantir, par exemple, la présence d’effectifs suffisants vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Des amendements seront soumis au parlement pour ratification.

L’un des inconvénients manifestes d’un débat public à grande échelle est que cela confine le débat à un thème par an. Cela permet en revanche une meilleure compréhension des enjeux.