Back

Secrétaire Générale - L’Europe doit rester résiliente face à l’agression et à la guerre

Secrétaire Générale Strasbourg 4 Mai 2022
  • Diminuer la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer la page
  • Imprimer en PDF
Secrétaire Générale - L’Europe doit rester résiliente face à l’agression et à la guerre

La Secrétaire Générale, Marija Pejčinović Burić, a marqué la Journée de l’Europe 2022 en appelant les États européens à réaffirmer leur plein investissement dans les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit face « aux violences terribles et aux changements cataclysmiques ».

Lors de l’annonce de la publication de son rapport annuel, Aller de l’avant 2022, la Secrétaire Générale a condamné l’agression russe contre l’Ukraine et fait l’éloge « du courage, de la bravoure et de la détermination » du peuple ukrainien.

« Nous avions osé croire que ces images et cette réalité appartenaient à l’Europe d’avant. Nous avions tort. L’histoire revient sur notre continent, de la manière la plus cruelle qui soit. Il n’est pas possible pour l’heure de savoir quelle sera l’ampleur des destructions et quelles seront les conséquences géopolitiques à long terme de ces événements. »

« Le Conseil de l’Europe est uni dans sa solidarité avec l’Ukraine. Nous continuons de soutenir ce pays et son peuple et nous le ferons encore avec des interventions sur mesure dès que la violence aura cessé. Pendant ce temps, nous collaborons avec les États membres pour les aider à prêter secours et assistance à toutes les personnes qui ont fui l’Ukraine pour chercher refuge chez eux. »

La Secrétaire Générale a souligné que la suspension rapide de la Russie par l’Organisation, puis son exclusion avait été rendue inévitable par les actions du gouvernement russe, qui ont un prix pour les citoyens de ce pays. « L’année 2022 sera celle au cours de laquelle les Russes auront perdu la protection de la Convention européenne des droits de l’homme, la possibilité d’en appeler à la Cour européenne des droits de l’homme et leur place dans cette famille paneuropéenne », a-t-elle ajouté.

« Plus généralement, c’est un avertissement pour nous tous. Ce qui est arrivé pourrait se produire encore… Le succès du multilatéralisme que nous incarnons repose sur la détermination des États à garantir que les droits fondamentaux de leurs citoyens imprègnent tous les aspects de la vie sur notre continent. Les proclamations et les promesses faites lors des sessions ministérielles sont importantes, mais elles ne sont pas une fin en soi. Ce qui importe, c’est que les promesses soient tenues, qu’elles produisent des résultats et que les règles soient respectées ; c’est la volonté politique de faire avancer les choses. »

« Le Conseil de l’Europe a été créé il y a 73 ans, dans les décombres de la seconde guerre mondiale et dans la promesse du "plus jamais ça". Pour l’Ukraine, cette promesse n’a pas été tenue. Cette faillite n’est pas celle du multilatéralisme en soi, mais celle d’un pays qui s’est détourné violemment des valeurs sur lesquelles se fonde ce multilatéralisme. La leçon à en tirer, une fois de plus, est que notre réussite, en tant qu’Organisation, et à l’échelle du continent, dépend de la détermination de nos États membres à faire ce qu’il faut : investir dans les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit, qui sont les fondements d’un avenir placé sous le signe de la justice. »


 Communiqué de presse
Secrétaire Générale - L’Europe doit rester résiliente face à l’agression et à la guerre  


follow us follow us

       

Galleries Galleries
galleries link
Facebook Facebook
@coe on Twitter @coe on Twitter